Chanel N° 5, derrière l’histoire du parfum une guerre sans merci

Chanel N° 5, derrière l’histoire du parfum une guerre sans merci

Un parfum mythique, créé par une femme de génie, c’est l’histoire du N° 5 de Chanel que Stéphane Benhamou a choisi de raconter dans son documentaire « La guerre du N° 5 ». Mais ce n’est pas l’histoire du luxe à la française que vous allez découvrir. C’est celle d’une lutte industrielle, et d’une femme prête à tout pour acquérir une société dans le Paris occupé de la seconde guerre mondiale.
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Créatrice en vue au début des années 1920, Gabrielle Chanel, plus connue sous le nom de Coco Chanel, décide de se lancer dans le parfum. Ce sera une immédiate réussite avec un parfum mythique, le N° 5. À cette époque le parfum n’est pas considéré comme un art, mais elle décide de s’inspirer des cubistes, et de déstructurer le parfum. Elle souhaite « un parfum pour les femmes, à odeur de femmes » explique Lionel Paillès, spécialiste des parfums. Avec plus de 80 ingrédients, le N° 5 sera novateur. Il plaît immédiatement aux clientes de la rue Cambon, à Paris, où Coco Chanel a sa boutique.

Mais si le succès est au rendez-vous auprès de ses acheteuses, les ventes plafonnent car le réseau de vente de Coco Chanel est limité. Elle contacte alors le fondateur des Galeries Lafayette, le grand magasin à la mode à Paris. Par son entremise, elle rencontre Pierre et Paul Wertheimer, deux frères, qui détiennent déjà la maison Bourjois depuis 1898. Ils possèdent des usines et des réseaux de distribution mondiale. Une aventure industrielle s’engage. Coco Chanel s’associe aux frères Wertheimer pour créer la Société des parfums Chanel, en 1924.

Une mauvaise affaire ?

Coco Chanel peut se consacrer à la création, les frères Wertheimer apportent le capital et les moyens de production. Mais dans cette association, Gabrielle Chanel ne possède que 10 % des parts de la société. Même si son parfum a fait sa fortune, lui permettant de vivre à l’hôtel Ritz à l’année, elle se sent lésée. « Elle prend conscience à la fin des années 1920 qu’elle a fait une mauvaise affaire et qu’elle n’a pas demandé assez » raconte Tilar Mazzeo, auteur de « The secret of N° 5 ».

Dès lors, Coco Chanel n’aura de cesse de se battre pour tenter de prendre le contrôle de la société. Dans les années 1930, le documentaire dépeint alors le portrait d’une femme aigrie, en décalage avec son temps « et très en colère contre les Wertheimer ». Elle perturbe les réunions du Conseil d’Administration et s’emporte publiquement contre eux.

La recherche du soutien des nazis

Lorsqu’éclate la seconde guerre mondiale, Coco Chanel continue à vivre au Ritz, pourtant réquisitionné par les Allemands. Elle tombe amoureuse d’un officier : le baron Gunther Von Dinklage, une éminence des services de renseignements germaniques. C’est une Coco Chanel « collabo », qui acceptera même des missions d’espionnage pour l’Allemagne nazie, que nous découvrons alors. Et toujours prête à tout pour récupérer la Société des parfums Chanel, elle va user de tous les moyens à sa disposition.

De leurs côtés, Pierre et Paul Wertheimer, qui sont juifs, se sont enfuis aux États-Unis. Ils ont confié la Société des parfums Chanel à un ami de confiance resté en France, Félix Amiot. Et outre-Atlantique, ils vont réussir à continuer la production du parfum.

Gabrielle Chanel, persuadée que le parfum produit aux États-Unis est une copie, mobilise alors ses amis et ses contacts, et une rumeur se propage bientôt à Paris : « La société des parfums Chanel serait toujours une affaire juive ». Un dossier est ouvert par l’administration. Une enquête doit déterminer si Félix Amiot n’est qu’un prête-nom des frères Wertheimer ? Et est-il un vrai Aryen ?

Chanel utilise les lois de Vichy et la politique d’aryanisation économique. Elle veut dénoncer la vente faite à Amiot et faire siennes l’ensemble des parts de la Société des parfums Chanel, mais aussi celles de la société Bourjois. L’image de la créatrice de génie est bien loin, et c’est une femme sans morale que l’on découvre alors.

La manœuvre échoue. Un revers qui rassurera le téléspectateur, qui apprend alors que derrière le nom de Chanel, se cache toujours aujourd’hui celui des Wertheimer, dont la famille est encore propriétaire en 2020 de la société.

« Chanel : la guerre du N° 5 », de Stéphane Benhamou, est à voir en replay ici.

Dans la même thématique

Paris: The senate vote on an amendment of a government plan to enshrine the “freedom” to have an abortion in the French Constitution
4min

Société

IVG dans la Constitution : qu’est-ce que ça va changer ?

Députés et sénateurs réunis en Congrès s’apprêtent à réviser la Constitution pour y inscrire la liberté d’avoir recours à une IVG. Pendant les débats parlementaires, une partie des sénateurs de droite s’est inquiétée de voir inscrit dans le texte fondamental, l’expression « liberté garantie à la femme d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse ». Quelles seront les effets de cette révision constitutionnelle ?

Le

Chanel N° 5, derrière l’histoire du parfum une guerre sans merci
3min

Société

Augmentation des frais de mandats des sénateurs : la mesure ne passe pas pour cet agent de la fonction publique territoriale

Considéré à tort comme un secteur protégé par la baisse générale du pouvoir d’achat en France, la fonction publique peine à augmenter les plus bas salaires. Si l’annonce de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat a pu en soulager certains, elle ne concerne pas tous les agents territoriaux. Une décision jugée inégalitaire, injuste, et qui détonne avec la récente augmentation de 700€ des frais de mandats des sénateurs. Interrogé par Tâm Tran Huy dans l’émission Dialogue citoyen, Benjamin Rapicault, fonctionnaire territorial, dénonce cette disparité.

Le

Chanel N° 5, derrière l’histoire du parfum une guerre sans merci
3min

Société

« Avec le Smic, je ne vis pas, je survis » témoigne une jeune mère de famille

Ils sont près de 3 millions de salariés français à être rémunérés au Smic. Un chiffre beaucoup trop important pour le Premier ministre Gabriel Attal, qui, lors de sa déclaration de politique générale le 30 janvier dernier, a affirmé vouloir « désmicardiser la France ». Selon les régions et les charges, les difficultés des personnes au Smic peuvent être très différentes. Sur le plateau de l’émission Dialogue Citoyen, deux jeunes femmes ont accepté de témoigner de leurs situations.

Le