Chiffres de la délinquance : une fin de quinquennat en demi-teinte

Chiffres de la délinquance : une fin de quinquennat en demi-teinte

Le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux a présenté les chiffres des crimes et délits pour l’année 2016. Les vols avec violence reculent, mais les cambriolages et les homicides ont augmenté.
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

L’exercice se répète tous les ans à la même époque, place Beauvau. Cette année, c’est Bruno Le Roux, troisième ministre de l’Intérieur du quinquennat, qui s’est livré à la traditionnelle présentation des statistiques de la délinquance, basées sur les dépositions enregistrées par les forces de l’ordre.

Le quinquennat s’achève sur une note contrastée, tous les indicateurs affichant des évolutions diverses. Il serait difficile, et peu pertinent, de résumer différents catégories de délits et crimes en tirant un chiffre unique pour l’année. Mais le bilan annuel du Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI) tente d’établir une tendance globale : « 2016 moins bien orientée que 2015, sauf pour les vols liés à l’automobile ».

Baisse « globale » des vols mais hausse des cambriolages

Quand Bruno Le Roux insiste sur la « tendance globale à la baisse des principaux indicateurs statistiques depuis 2012 », le ministre ne parle pas de toutes les formes de délinquance mais reste dans le chapitre des vols en tout genre. « Pour la plupart d’entre elles, les différents catégories de délinquance d’appropriation ont diminué ou bien se sont stabilisées au cours de ces quatre dernières années »,

Le « premier flic de France » souligne notamment la « forte baisse » des vols à main armée (-12% en 2016 par rapport à 2015), « pour la troisième année consécutive », ou encore le recul des vols violents sans arme (-4%), et de la « bonne orientation » des chiffres des vols liés au véhicules (-3% en 2016 pour les vols de véhicules, -1% pour les vols dans les véhicules). Ces derniers s’inscrivent dans une « baisse globale et continue depuis 2012 ».

En revanche, les vols sans violence contre les personnes sont repartis à la hausse en 2016 (+2%), Bruno Le Roux évoquant une « tendance stabilisée » après la « légère baisse » de 2015 (-1%). Sans évoquer les hausses marquées de 2014 (+4%) et (+6%).

Reconnaissant la « hausse sensible » en 2016 du nombre de cambriolages (+4%), après deux années de baisse, le ministre s’est défendu en comparant les chiffres avec le bilan de la droite : « nous sommes loin de l’augmentation continue de 18% de cambriolages entre 2008 et 2012 ».

« La lutte contre ces différents types de délinquance, contre les atteintes aux bien, contre les vols et les cambriolages, constituent une priorité absolue du ministère de l’Intérieur », a-t-il indiqué.

« Une augmentation de la violence dans notre société »

« Sujet de préoccupation particulièrement sérieux » du ministère de l’Intérieur, les coups et blessures volontaires ont augmenté une nouvelle fois en 2016 (+1%), une hausse continue depuis 2013. « Cela traduit une montée de la violence dans notre société, un durcissement des rapports sociaux entre les individus », s’est inquiété l’ancien député de Seine-Saint-Denis, qui a évoqué une « tendance tout à fait inquiétante » et une «tendance de fond ».

Sur le nombre d’homicides (20 de plus en 2016 par rapport en 2015, soit +2%), Le ministre a imputé la hausse aux attentats terroristes. « Si l’on excepte les attentats du décompte global, le chiffre des homicides demeure stable au cours de ces cinq dernières années, et même d’ailleurs depuis 2009 », a-t-il précisé, avant de mettre en avant la combativité de ses services :

« Ce constat ne saurait nous dispenser de continuer à lutter avec obstination, non seulement contre la menace terroriste, mais aussi contre les formes les plus violentes de la criminalité. »

Attaques à droite

Tout au long de la journée, certaines figures de la droite sont montées au créneau pour critiquer ces chiffres, les derniers du quinquennat. Prompt à réagir sur les thématiques sécuritaires, Éric Ciotti a dénoncé un « échec profond sur la délinquance » et des « mauvais résultats. « Qui le croit ? », s’est exclamé sur Twitter le sénateur Roger Karoutchi au sujet de Bruno Le Roux, faisant un parallèle avec 2002 : « Jospin a perdu en niant l’insécurité ». L’un des porte-paroles de François Fillon, le député des Hautes-de-Seine Thierry Solère, a évoqué sur LCP ce matin un « État en total déliquescence », à travers « 16% d’augmentation de la délinquance », un chiffre introuvable dans le bilan 2016, comme l’appuie Libération.

Au Front national, le secrétaire général Nicolas Bay s’est inquiété d’un « ensauvagement de la société française ».

Dans la même thématique