Cohn-Bendit “est une voix importante”, selon Griveaux

Cohn-Bendit “est une voix importante”, selon Griveaux

Daniel Cohn-Bendit, dont le nom circule pour remplacer Nicolas Hulot, "est une voix importante dans le débat public" et "une...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Daniel Cohn-Bendit, dont le nom circule pour remplacer Nicolas Hulot, "est une voix importante dans le débat public" et "une conscience libre de l'écologie politique", a déclaré dimanche le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux.

"Nous voulons quelqu'un qui est dans l'action et dans le réel", a ajouté M. Griveaux au Grand Rendez-vous de CNews, Europe1 et Les Echos.

"C'est à lui de dire ce qu'il veut faire", a-t-il souligné, sans confirmer si l'ex-eurodéputé écologiste allait rencontrer le président Emmanuel Macron.

Pour remplacer Nicolas Hulot au poste de ministre de la Transition écologique, le nom de Daniel Cohn-Bendit est régulièrement cité, aux côtés de ceux de la députée de la majorité Barbara Pompili, du secrétaire d’État à la Transition écologique Sébastien Lecornu ou encore du président de l'Assemblée nationale François de Rugy.

L'ancien chef de file de mai 68 "est une voix connue, une conscience libre de l'écologie politique, de l'Europe aussi. On se parle régulièrement", a indiqué M. Griveaux. "Il a cet engagement viscéralement ancré en lui dans les combats qu'il a menés, a-t-il ajouté.

Emmanuel Macron et Edouard Philippe mènent des consultations dimanche sur le remaniement qui doit être annoncé d'ici mardi.

"Ce qui doit guider le choix qui sera fait", c'est de "tenir la politique que nous avons engagée", a précisé le porte-parole. "Nicolas Hulot a ouvert beaucoup de chantiers (...) Nous devons les poursuivre et les amplifier".

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Cohn-Bendit “est une voix importante”, selon Griveaux
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le