Conflit Maréchal-Le Pen/Philippot: Aliot appelle à “arrêter les bêtises”

Conflit Maréchal-Le Pen/Philippot: Aliot appelle à “arrêter les bêtises”

Louis Aliot, l'un des vice-présidents du Front national, a déploré lundi le conflit qui a opposé Marion Maréchal Le Pen à Florian...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Louis Aliot, l'un des vice-présidents du Front national, a déploré lundi le conflit qui a opposé Marion Maréchal Le Pen à Florian Philippot, notamment sur la question du remboursement de l'IVG, appelant à "arrêter les bêtises" et à faire corps derrière "la candidate" Marine Le Pen.

"Je leur dis d'arrêter les bêtises", a appelé le député européen sur France 2. "Si certains ont des états d'âme, je leur conseille de les garder pour eux et de ne pas en faire état sur la place publique parce que ça ne sert ni leur mouvement ni leurs idées", a-t-il poursuivi.

La députée du Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen avait remis en cause le 5 décembre le remboursement "intégral et illimité" de l'IVG, et subit un recadrage immédiat de la présidente du parti et candidate à l'élection présidentielle Marine Le Pen, alors que Florian Philippot, son bras droit, qualifiait sur BFMTV la députée de "seule et isolée" sur cette question. "Une agression", selon Marion-Maréchal Le Pen.

"Il n'y a pas de sujet à la base chez la grande majorité des élus, Marine est présidente, elle dépasse le Front national et on est tous derrière elle", a assuré Louis Aliot.

"Si certains veulent concourir avec leurs idées propres (...) ils se trompent de combat", a-t-il prévenu.

"Dans tous les cas de figure c'est Marine la présidente et nous sommes une énorme majorité à la suivre", a-t-il martelé, appelant à ne pas discuter "une position qui a été tranchée (...) dans les débats internes".

Dans son interview au JDD, Mme Maréchal Le Pen avait pourtant regretté l'absence "de débat en interne" sur l'IVG. "Je découvre sa position", avait assuré la députée à propos la candidate.

"Si elle veut en discuter elle viendra au conseil stratégique et elle en parlera, mais c'est Marine Le Pen la candidate, elle a le projet pour la France (...) de ce point de vue là, le débat aura lieu, mais il est tranché", a estimé M. Aliot.

"On a quand même le droit d'exprimer son point de vue. Je rappelle par exemple que Marion est contre la peine de mort, or le Front national a toujours été pour et personne ne lui en fait le reproche", a-t-il fait remarquer.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le