Congrès: Lagarde (UDI) dénonce une “opération de communication”

Congrès: Lagarde (UDI) dénonce une “opération de communication”

Le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde a qualifié lundi d'"opération de communication", qui, selon lui, rabaisse le...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde a qualifié lundi d'"opération de communication", qui, selon lui, rabaisse le gouvernement, la décision d'Emmanuel Macron de s'exprimer devant les parlementaires réunis en Congrès à Versailles.

"Je pense qu'on aurait mieux fait de commencer à travailler au lieu de faire de la communication", a-t-il affirmé sur CNews. Le président de l'UDI avait indiqué la semaine dernière qu'il boycottera un Congrès, selon lui, "coûteux et inutile".

"Tout ce qu'il a dit avant reste sa feuille de route et il n'y a rien de nouveau", a-t-il fait valoir à propos de l'intervention du chef de l'Etat. Seuls "deux ou trois" députés UDI, sur vingt, devraient toutefois boycotter comme lui le Congrès, a-t-il estimé.

Pour le président de l'UDI, "cette opération de communication" à la veille du discours de politique générale du Premier ministre "empêche que le gouvernement reprenne toute sa place dans les institutions de la Ve République".

Interrogé sur l'attitude des députés UDI mardi à l'issue du discours de politique générale d'Edouard Philippe, il a estimé que la majorité de son groupe s’abstiendrait : "Je crois qu'une majorité s'abstiendra et qu'un certain nombre de députés voteront la confiance", "c'est ce qui semblait se dessiner la semaine dernière".

"On refuse de s'opposer a priori, on donne une chance au gouvernement de réussir, avec le défi que j'évoquais : est-ce qu'ils sont capables de travailler avec d'autres gens que seulement leur majorité ?", a-t-il dit.

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le