Constitution : « La vraie ligne rouge, ce sont les territoires, pas le non-cumul des mandats » affirme Bruno Retailleau

Constitution : « La vraie ligne rouge, ce sont les territoires, pas le non-cumul des mandats » affirme Bruno Retailleau

Bruno Retailleau, président du groupe LR du Sénat, était l’invité de l’Epreuve de vérité sur Public Sénat. Il affirme qu’Emmanuel Macron doit « faire un pas », s’il souhaite que la réforme constitutionnelle aboutisse.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Bruno Retailleau, président du groupe LR du Sénat, était l’invité de l’Epreuve de vérité ce lundi sur Public Sénat, en partenariat avec l’AFP, Radio Classique et Les Echos. Interrogé sur la réforme constitutionnelle que veut Emmanuel Macron, le sénateur de Vendée a minimisé l’importance du non-cumul des mandats dans le temps, que Gérard Larcher présentait d’abord comme une ligne rouge pour le Sénat.

« Le non-cumul, ce n’est pas la vraie ligne rouge. La vraie ligne rouge pour nous, c’est que les territoires soient représentés. Que les départements les plus pauvres en démographie soient correctement représentés » affirme Bruno Retailleau, position que nous avons déjà évoquée. De plus en plus de sénateurs LR ne font en effet plus du non-cumul des mandats l’enjeu principal (voir notre article « Constitution : les sénateurs sont-ils prêts à lâcher sur le non-cumul des mandats dans le temps ? »).

Globalement, un terrain d’entente est-il possible ? Bruno Retailleau se dit « perplexe » entre « l’affaiblissement du Parlement, le droit d’amendement, l’ordre du jour, la représentation des territoires, la proportionnelle », conséquence d’« un marchandage entre Monsieur Bayrou et Monsieur Macron ». Emmanuel Macron doit « faire un pas, donner sa chance au dialogue, (…) s’il veut aboutir au 3/5 au Congrès », nécessaires pour adopter une révision de la Constitution au Parlement.

Le problème, pour Bruno Retailleau, c’est que « le sens de cette révision, c’est de donner encore plus de pouvoir à Emmanuel Macron. Il veut abaisser le Parlement. Tout le monde le dit, sauf En Marche, et encore », « c’est une recherche de toute puissance. Il y a du césarisme. C’est Jupiter, il cherche à être dominateur ».

Dans la même thématique

Constitution : « La vraie ligne rouge, ce sont les territoires, pas le non-cumul des mandats » affirme Bruno Retailleau
7min

Politique

Panthéonisation du résistant communiste Missak Manouchian : « Vous entrez ici en soldat avec vos camarades », salue Emmanuel Macron

« La France reconnaissante vous accueille », a déclaré le président de la République pour la panthéonisation de Missak Manouchian et de sa femme Mélinée, lors d’une cérémonie émouvante. A travers lui, ce sont ses 23 compagnons d’armes fusillés par les nazis, et tous les Francs-tireurs et partisans - main-d’œuvre immigrée, les FTP-MOI, à qui la France rend hommage. « La France de 2024 se devait d’honorer ceux qui furent 24 fois la France », a affirmé Emmanuel Macron.

Le

Des agriculteurs bloquent le peage de l’autoroute A43 a Saint-Quentin Fallavier en direction de Lyon et Grenoble – Farmers block the toll of the A43 motorway in Saint-Quentin Fallavier towards Lyon and Grenoble
4min

Politique

Sondage : 91% des Français soutiennent le mouvement des agriculteurs

Selon un sondage Odoxa – Backbone Consulting pour le Figaro, les personnes interrogées soutiennent très largement la mobilisation des agriculteurs. Pire encore, le soutien au mouvement n’a jamais été aussi haut avec 91% des Français (en hausse de 2 points) déclarant approuver le mouvement lancé il y a près de 3 mois.

Le

Constitution : « La vraie ligne rouge, ce sont les territoires, pas le non-cumul des mandats » affirme Bruno Retailleau
3min

Politique

Passe d’armes entre le Premier Ministre et le RN sur l’agriculture : « Le Rassemblement National dit tout et son contraire » tacle Gabriel Attal

Au cours de sa conférence de presse et quelques heures après avoir proposé un débat à Marine le Pen sur l’agriculture dans le journal Le Figaro, le Premier Ministre est revenu sur la passe d'armes qui l'oppose à la présidente du groupe RN à l’Assemblée. Critiquant les « changements de pied incessants » du RN, le Premier Ministre a taclé l'ex-finaliste à l’élection présidentielle, l'accusant de ne pas être « très à l'aise sur ces questions » et d'avoir « peur que cela se voit ».

Le