Corbière (LFI): “tout ce qui participe à dénoncer l’antisémitisme est le bienvenu”

Corbière (LFI): “tout ce qui participe à dénoncer l’antisémitisme est le bienvenu”

Le député de La France insoumise, Alexis Corbière, a affirmé dimanche, après la publication d'un virulent manifeste "contre le...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le député de La France insoumise, Alexis Corbière, a affirmé dimanche, après la publication d'un virulent manifeste "contre le nouvel antisémitisme" en France, que "tout ce qui participe à dénoncer l’antisémitisme est le bienvenu", regrettant cependant "des formules un peu brutales".

"Tout ce qui participe à dénoncer l’antisémitisme est le bienvenu", a déclaré M. Corbière sur Radio J. "Il faut dénoncer l'antisémitisme, avec Jean-Luc Mélenchon nous le faisons, clairement".

Trois cents personnalités ont signé un manifeste, paru dans Le Parisien dimanche, "contre le nouvel antisémitisme" en France marqué par la "radicalisation islamiste", en dénonçant un "silence médiatique" et une "épuration ethnique à bas bruit" dans certains quartiers.

Alexis Corbière a jugé cette dernière formule "un peu dure, un peu forte". "Il y a parfois des formules un peu brutales dans lesquelles je ne me reconnais pas, mais sur le fond, c’est une réalité qu’il y a parfois un racisme exacerbé, un communautarisme fort", a développé le député de Seine-Saint-Denis.

"Le terme d’+épuration ethnique+, c’est une formule choc, attention, je ne la reprendrais pas à mon compte, mais ne polémiquons pas sur la formule, il y a un mal qui est là et auquel il faut trouver une réponse", a-t-il précisé.

En ce qui concerne, "l'antisémitisme d'une partie de la gauche radicale" pointée dans le texte du manifeste, M. Corbière a affirmé là encore ne pas vouloir "polémiquer". "Tout ça me semble flou", a-t-il jugé.

A la question de savoir s'il signerait ce manifeste, M. Corbière a botté en touche. "A ce stade je ne sais pas", "je vais le lire".

"Je serai en première ligne pour dire non à l’antisémitisme, évidemment, il y a une pédagogie qui doit continuer à être faite là-dessus, il y a une loi qui doit être appliquée fermement vis-à-vis de tous ceux qui ont des propos antisémites", a-t-il affirmé. "J’ai quand même l’impression, même si je comprends qu’il y a une souffrance , une inquiétude, etc., qu'il y a quand même d’un point de vue médiatique, une certaine sensibilité, généralement, pour dénoncer l’antisémitisme dans ce pays", a-t-il ajouté.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Corbière (LFI): “tout ce qui participe à dénoncer l’antisémitisme est le bienvenu”
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le