Coronavirus: le ministre de la Culture contaminé mais “en forme”

Coronavirus: le ministre de la Culture contaminé mais “en forme”

Le ministre de la Culture Franck Riester a été contaminé par le nouveau coronavirus mais est "en forme" et pourra continuer à...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le ministre de la Culture Franck Riester a été contaminé par le nouveau coronavirus mais est "en forme" et pourra continuer à travailler à distance, ont indiqué lundi son cabinet et Matignon à l'AFP.

"Le ministre a été testé positivement aujourd'hui" après avoir manifesté des "symptômes", a précisé le cabinet, notant que Franck Riester avait passé plusieurs jours la semaine dernière à l'Assemblée nationale où plusieurs cas ont été confirmés.

"Le ministre de la Culture, à qui le Premier ministre souhaite un prompt rétablissement, va continuer de travailler à distance", a précisé Matignon.

"Si d’autres ministres devaient être testés positifs, ils suivraient les mêmes règles d’isolement", a-t-on ajouté de même source, en indiquant que "les membres du gouvernement (...) doivent simplement suivre les règles édictées par les autorités de santé".

Le ministre de la Santé Olivier Véran, notant que l'enquête sur les éventuels "cas contacts rapprochés" avec Franck Riester serait conduite comme pour n'importe quel Français, a souligné de son côté sur BFMTV que "personne ne se serre la main en Conseil des ministres depuis maintenant deux semaines".

D'autres membres de l'exécutif ont-ils été testés pour le coronavirus ? "A ma connaissance non", a-t-il déclaré, hormis lui-même, testé négatif.

"J'ai été testé il y a deux jours, je suis négatif pour le coronavirus. Je l'ai fait parce que j'avais moi-même un petit début de rhume et que je suis allé dans plusieurs endroits où le virus circule activement notamment dans l'Oise. Et comme je vais à la rencontre des Français, que je veux pouvoir protéger les Français (...) j'ai voulu éliminer tout risque", a déclaré Olivier Véran.

Il a précisé que Franck Riester était "en confinement chez lui, peu symptomatique", avec un "petit syndrome fébrile et des signes ORL". "On s'est échangé quelques sms, je l'ai assuré de mon soutien".

Le ministre de la Culture, âgé de 46 ans, avait passé plusieurs jours la semaine dernière devant la commission des affaires culturelles de l'Assemblée pour présenter son projet de loi sur la communication audiovisuelle.

Après l'annonce des premiers cas avérés au sein de l'Assemblée, il avait indiqué sur Facebook qu'il ne participerait pas pendant le week-end à des événements prévus de sa campagne municipale à Coulommiers (Seine-et-Marne).

"Les consignes des autorités sanitaires après tout contact avec des personnes infectées par le virus sont claires (...) Ces consignes doivent être respectées par tous", avait-il souligné.

Les membres du gouvernement "doivent se conformer aux gestes barrières et, s’ils ont été en contact avec des personnes malades, contrôler régulièrement leur température et prévenir les services de santé en cas de symptômes", a-t-on insisté à Matignon.

Cinq députés et deux membres du personnel de l'Assemblée nationale ont été contaminés par le coronavirus, dont deux élues ayant participé aux réunions de la commission des affaires culturelles.

Franck Riester n'est pas le premier responsable gouvernemental dans le monde à être contaminé. Plusieurs hauts responsables iraniens figurent parmi les personnes infectées par la pneumonie virale, dont Massoumeh Ebtékar, vice-présidente chargée des Femmes et de la Famille, ou encore le vice-ministre de la Santé, Iradj Harirchi.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Coronavirus: le ministre de la Culture contaminé mais “en forme”
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le