Coronavirus : les mesures prises pour les élections municipales

Coronavirus : les mesures prises pour les élections municipales

Procurations facilitées, point de lavage des mains et marquage au sol dans les bureaux de vote ou encore possibilité de porter un masque et d’émarger avec son propre stylo… Que contient la circulaire de Christophe Castaner sur l’organisation des élections municipales en pleine épidémie de coronavirus.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

« Voter n’est pas un danger. Nous tenons compte de la situation du Covid-19 et agissons en conséquence » assurait le ministre de l’Intérieur dans un communiqué qui accompagnait une circulaire adressée aux maires en vue de l’organisation des élections municipales en pleine épidémie coronavirus.

Le document fait suite à une réunion entre différents membres du gouvernement et les représentants des élus locaux, jeudi dernier. À la sortie, le président de l’Association des maires de France (AMF), François Baroin avait plaidé pour « une organisation type d’un bureau de vote ». (voir notre article)

Nous renforcerons les moyens de procéder à des procurations » avait indiqué dans un premier temps le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner. (voir notre article)

L’exécutif a répondu plus largement aux attentes des élus locaux dans cette circulaire contenant de longues instructions en vue d’un bon déroulement du scrutin. « Ces préconisations reprennent, en grande partie, les remontées du terrain. Sur ce sujet, il n’y a pas de divergence entre les maires et l’État » explique-t-on du côté de l’AMF.

En ce qui concerne les procurations, elles seront donc facilitées pour les personnes vulnérables et confinées en raison de l'épidémie. Ces personnes peuvent déjà demander à un officier de police de se déplacer pour recueillir leurs demandes de procurations. Nouveauté. Désormais, dans les Ehpad, elles pourront être recueillies par une personne travaillant dans l'établissement, désignée par le juge d'instance ou l'officier de police judiciaire.

Bureau de vote : recenser dès maintenant les assesseurs et scrutateurs

Alors que l’épidémie de coronavirus fait craindre un manque de volontaires pour venir composer les bureaux de vote, l’exécutif encourage « dès maintenant » les maires « à contacter les candidats de la commune afin de recenser les assesseurs et scrutateurs, et « d’identifier un vivier de conseillers municipaux surnuméraires ou d’électeurs volontaires », désignés assesseurs supplémentaires ».

« Limiter les situations de promiscuité prolongée »

Au sujet des recommandations sanitaires applicables dans les bureaux de vote, un point de lavage des mains ou à défaut de gel hydroalcoolique doit être mis à disposition à l’entrée et à la sortie du bureau de vote, si possible en deux points distincts pour éviter le croisement des flux ». Dans le but « de limiter les situations de promiscuité prolongée », Beauvau recommande « un marquage au sol à chaque étape du parcours de l’électeur pour que soit maintenue entre chaque personne une distance suffisante d’un mètre.

Stylos

Les électeurs pourront émarger avec leur propre stylo à condition que l’encre soit bleue ou noire et indélébile. Le maire de Montpellier, Philippe Saurel, a quant à lui, pris les devants et commandé 320 000 stylos », soit un par électeur et par tour.

Masques

Le port du masque est également autorisé. L’électeur ne sera pas tenu de l’enlever si celui-ci n’empêche pas la vérification de son identité. Dans le cas contraire, les membres du bureau « peuvent lui demander d’enlever son masque momentanément ». En cas de refus, l’électeur ne sera pas autorisé à voter.

Gants

Enfin, en ce qui concerne le dépouillement, le port de gants n’est pas recommandé pour les scrutateurs car il pourrait les « gêner ». Il leur est, en revanche, conseiller de se laver les mains régulièrement.

Selon une étude OpinionWay réalisée pour UNCCAS, Public Sénat et La Tribune, 71 % des Français, près de trois sur quatre, ne se disent « pas ou peu inquiets » de se rendre dans un bureau de vote.

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le