Coronavirus: pas de restriction d’activité de l’Assemblée, au moins deux députés confinés

Coronavirus: pas de restriction d’activité de l’Assemblée, au moins deux députés confinés

L'épidémie de coronavirus ne nécessite pas à ce stade de restriction de l'activité de l'Assemblée nationale, mais au moins deux...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

L'épidémie de coronavirus ne nécessite pas à ce stade de restriction de l'activité de l'Assemblée nationale, mais au moins deux députés venant de zones à risque ont été confinés, a-t-on appris mardi de sources parlementaires.

"Me voilà confiné à cause du coronavirus et parce que, jeudi 27 février, je me trouvais en réunion avec Bruno Fortier, maire de Crépy-en-Valois, dépisté positif ce dimanche 1er mars", a tweeté Pierre Vatin, élu LR de l'Oise.

Il ajoute avoir "très peu de chances d'avoir contracté le virus mais la plus simple des précautions s'applique, au cas où, vis-à-vis de chacun de nos concitoyens".

La semaine dernière, la présidence de l'Assemblée avait indiqué qu'un député récemment revenu de Chine, et qui n'était pas malade, était resté chez lui durant quatorze jours.

Lors d'une réunion dédiée dans la matinée du bureau de l'Assemblée, son conseil d'administration, il a été rappelé les précautions d'usage au sein de l'institution: pas de bise ni de serrage de main, utilisation du gel hydroalcoolique... Des affichettes ont été placardées à destination des élus mais aussi des collaborateurs et personnels du Palais Bourbon.

Les personnes venant de zones à risque - Chine mais aussi Oise - et présentant des symptômes de fièvre et de toux sont invitées à rester confinées à domicile et à se signaler aux services de l'Assemblée.

Les relations internationales de l'institution sont aménagées pour éviter ces zones à risque.

Si le virus venait à se répandre davantage en France, les visites du public seraient stoppées.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Coronavirus: pas de restriction d’activité de l’Assemblée, au moins deux députés confinés
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le