Coronavirus: un record de 25 ordonnances adoptées pour préparer “l’effort long” de la France

Coronavirus: un record de 25 ordonnances adoptées pour préparer “l’effort long” de la France

"C'est un effort long auquel nous allons tous ensemble faire face", a assuré mercredi Edouard Philippe, à l'issue d'un Conseil...
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

"C'est un effort long auquel nous allons tous ensemble faire face", a assuré mercredi Edouard Philippe, à l'issue d'un Conseil des ministres au cours duquel 25 ordonnances -un record sous la Ve République- ont été adoptées dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire.

"C'est l'urgence sanitaire qui anime tous les esprits aujourd'hui, mais c'est aussi, et ce sera de plus en plus, un choc économique, un choc social: nous ne sommes qu'au début de la crise", a prévenu le Premier ministre avant de détailler le contenu des ordonnances dont le nombre "dans un même Conseil des ministres est historique".

"C'est bien le signe que l'urgence dicte sa loi", a encore observé le chef du gouvernement, selon qui "notre pays est aujourd'hui juridiquement armé pour organiser l'état d'urgence sanitaire".

Les textes sont notamment destinés à atténuer "les graves dommages économiques et sociaux que provoque inévitablement le confinement" débuté il y a huit jours, a poursuivi M. Philippe, entouré de plusieurs de ses ministres.

Comme attendu, cela comprend "la création du fonds de solidarité doté d'un milliard d'euros" orienté vers les "très petites entreprises, micro-entreprises et indépendants", des aides pour le secteur du voyage ou encore une adaptation des règles des marchés publics et de déploiement des réseaux de communication électroniques pour les renforcer plus rapidement.

"Nous ne laisserons personne de côté", a souligné le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, ajoutant que le fonds de solidarité "sera maintenu tant que la crise durera".

La ministre du Travail Muriel Pénicaud a pour sa part précisé la "refonte complète du système d'indemnisation du chômage partiel", qui indemnise un salarié à hauteur de 70% du salaire brut et 84% du salaire net, avec une contribution de l'Etat à hauteur du Smic. Mme Penicaud a indiqué que 37.000 entreprises avaient déjà demandé à bénéficier de ce dispositif, dont la moitié ont moins de 10 salariés.

M. Philippe a également annoncé des ordonnances vouées à "la protection des plus vulnérables". Les droits sociaux (RSA, allocation adulte handicapé, droits des demandeurs d'emplois) seront "préservés et poursuivis pendant toute la période de confinement".

Le droit du travail est, lui, "aménagé temporairement pour permettre l'organisation d'une véritable économie de guerre dans les secteurs vitaux et sous conditions", a souligné M. Philippe.

Cela signifie que "les entreprises pourront déroger temporairement et avec des compensations ultérieures aux durées maximales du travail et aux règles de repos hebdomadaire et dominicale", a-t-il poursuivi, suscitant l'opprobre des oppositions.

"Une fois de plus c'est un prétexte à un nouveau recul des droits sociaux", s'est en retour insurgé le chef de file des députés La France insoumise Jean-Luc Mélenchon, estimant que "le gouvernement fait payer aux salariés la crise sanitaire qu’il a contribué à renforcer par son impréparation".

"Aujourd’hui on nous parle de 60h hebdomadaires, de plus de flexibilité. On ne peut pas faire n'importe quoi", a de son côté dénoncé Boris Vallaud, porte-parole des députés PS, déplorant que les partenaires sociaux n'aient pas été "associés aux discussions".

"Abolir par ordonnance les règles du droit de travail en portant la durée à 60h est un choix socialement régressif", a abondé le député Les Républicains Julien Aubert.

La garde des Sceaux Nicole Belloubet a présenté plusieurs mesures d'exception, dont certaines devraient permettre de libérer entre 5.000 et 6.000 détenus des prisons françaises.

M. Philippe a également envoyé un message aux soignants, qui doivent être "absolument prioritaires, qu'il s'agisse des équipements de protection, des moyens de transport des malades, de l'hébergement temporaire ou des financements".

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Coronavirus: un record de 25 ordonnances adoptées pour préparer “l’effort long” de la France
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le