Débat de la primaire PS: la presse reste sur sa faim

Débat de la primaire PS: la presse reste sur sa faim

Le premier débat entre les sept candidats à la primaire élargie du PS a laissé les commentateurs sur leur faim, la presse...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le premier débat entre les sept candidats à la primaire élargie du PS a laissé les commentateurs sur leur faim, la presse vendredi attend mieux de la suite, "vivement dimanche" s'amusent certains.

"Vivement dimanche," plaisante Yann Marec du Midi Libre qui a trouvé au premier débat des airs de "grande réunion de famille". "Il en faudra bien plus pour fixer l’opinion", estime-t-il.

"Les débats semblaient aseptisés", constate Jean-Marcel Bouguereau (La République des Pyrénées) qui s'interroge: "Où étaient le souffle, la vision, les projets ?" "Heureusement restent encore deux débats", se rassure-t-il.

-'Pas simple'-

"Aucun des candidats n’a crevé l’écran" regrette Le Parisien/Aujourd'hui en France qui en conclut que "les deux autres débats ne seront pas de trop pour convaincre les électeurs de gauche de se rendre aux urnes de la primaire."

"Ce fut un débat d’économistes, grave, sobre, plus ou moins sérieux, selon les candidats et sans grandes aspérités.", pense également Hubert Coudurier du Télégramme.

Dans Le Journal de la Haute-Marne, Christophe Bonnefoy rappelle que pour les sept candidats ce n'est "pas simple" et "d'autant moins facile que deux hommes ont, eux, déjà compris à quel point le PS était malade et savent en profiter. Jean-Luc Mélenchon a le vent en poupe. Tout comme Emmanuel Macron".

Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Vincent Peillon, Sylvia Pinel, François de Rugy et Jean-Luc Bennahamias s'affrontaient jeudi soir pour le premier de leurs trois débats télévisés, le second aura lieu dimanche et le dernier le jeudi 19 avant le premier tour, dimanche 22 janvier.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le