Deuil d’enfant: les députés LREM proposent “quinze jours ouvrés”

Deuil d’enfant: les députés LREM proposent “quinze jours ouvrés”

Les députés LREM proposent de porter le congé pour deuil d'enfant à "quinze jours ouvrés" contre cinq jours actuellement, a...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Les députés LREM proposent de porter le congé pour deuil d'enfant à "quinze jours ouvrés" contre cinq jours actuellement, a annoncé mardi le député Mounir Mahjoubi, dix jours après le tollé suscité par un refus initial d'allonger sa durée.

Ces "quinze jours ouvrés" - trois semaines "de répit de deuil" avec les week-ends - seront "universels, c'est-à-dire pour les actifs: salariés du privé, fonctionnaires, artisans, indépendants, agriculteurs", a dit le député de Paris sur Sud Radio, en précisant que des propositions seraient également faites sur "l'accompagnement financier des familles au moment des obsèques" et leur "accompagnement psychologique".

Ces congés seront "souples à utiliser" et pourront être "fractionnés" ou non pour s'adapter à chaque situation, a souligné sa collègue LREM Sereine Mauborgne plus tard lors du point de presse du groupe à l'Assemblée.

Cela fonctionnera "sur l'universalité au même titre que les congés maternités: une avance faite par l'entreprise qui se fera rembourser par la Sécurité sociale (pour les salariés) ou un paiement direct à une profession libérale", a précisé l'élue du Var.

Les marcheurs avaient provoqué un tollé en rejetant la mesure phare d'une proposition de loi UDI-Agir proposant l'allongement des congés de deuil d'un enfant de cinq à douze jours. Le gouvernement avait ensuite reconnu une "erreur".

Pour ses nouvelles propositions, la majorité souhaite continuer à s'appuyer sur le texte UDI-Agir, envoyé au Sénat, en proposant des amendements.

Les députés du groupe UDI-Agir se sont dits mardi "reconnaissants" vis-à-vis du gouvernement de "prendre en considération ce que la majorité n'avait pas voté au moment de la discussion du texte", Olivier Becht ajoutant qu'ils étaient "attentifs à garder la paternité" de la proposition.

L'annonce intervient alors qu'Emmanuel Macron reçoit mardi soir à l'Elysée les députés LREM, MoDem et Agir.

Ce rendez-vous était, selon l'Elysée, programmé bien avant la "crise" autour de la proposition de loi sur le congé pour deuil d'enfant, qui a cristallisé un ressentiment d'une ampleur inédite dans la majorité depuis le début du quinquennat.

"Il n'est pas possible que (...) les familles concernées par ces drames aient l'impression que la représentation nationale ne les écoute pas" et les députés "sont très blessés que d'autres puissent croire que nous n'avions pas dans nos coeurs d'intérêt pour des familles en deuil", a ajouté M. Mahjoubi.

Il a reconnu que les députés LREM "auraient dû proposer un projet alternatif dès le jour de la discussion" à l'Assemblée, le 30 janvier, avec "un plan global".

Quant à la rencontre de mardi soir avec Emmanuel Macron, il a estimé que ce serait "un peu plus sérieux que de la câlinothérapie": "c'est le bon moment, à mi-mandat, pour qu'on reprenne le temps avec le président, qui est celui qui nous a fait venir en politique, de rediscuter du chemin", a-t-il jugé.

ggy-parl/chl/ib/it

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Deuil d’enfant: les députés LREM proposent “quinze jours ouvrés”
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le