Ecole, 40 ans de réformes au service de l’enfant ?

Ecole, 40 ans de réformes au service de l’enfant ?

Dire que l'école n'a pas changé, est une erreur. De la mise en place de la mixité, à l'apprentissage des langues étrangères dés la primaire, en passant par d'incessantes modifications des rythmes scolaires, retour sur 40 ans de réformes en images.
Public Sénat

Par Béatrix Moreau

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Les salles de classe ne sont plus tout à fait les mêmes après mai 68. Filles et garçons se les partagent désormais, l’école publique est devenue mixte. La réforme ne plaît à tout le monde, les suivantes non plus. En 1979, l’apprentissage de la lecture est au cœur d’une controverse où la méthode globale affronte la méthode syllabique. Une véritable guerre pédagogique éclate, qui dure encore.

"Les profs de gauche au povoir en 1981"
Avec l'arrivée de la gauche au pouvoir, la question de l'éducation devient centrale. Dès l’élection de François Mitterrand en 1981, les zones prioritaires d’éducations sont créées, l’égalité des chances se substitue à l’égalité de traitement. Quelques années plus tard cet idéal égalitaire va trouver ses limites. En 1984, Alain Savary, ministre de l’Education Nationale, propose de mettre en place un grand service public unifié et laic. Le projet ne passe pas auprès d’une partie de la population attachée à « l’école libre »  et à l’enseignement privé. Le mouvement de contestation est de très grande ampleur, plusieurs millions de manifestants envahissent les rues en juin 1984. Le projet est enterré en même temps que le gouvernement de Pierre Mauroy, ce qui n’empêche pas la gauche de s’emparer à nouveau du sujet en 1989.

Les ryhtmes scolaires dans la peau
Lionel Jospin prend la tête de l’Education Nationale, devenue le premier budget de l’Etat. Dépensier mais aussi réformateur, le ministre modifie largement le système éducatif français avec la loi d’orientation. Celle-ci dispose notamment que « l’élève, ou l’étudiant, doit être acteur de sa propre orientation et non la subir ». Il créée les IUFM, (instituts de formation des maîtres), et propose un apprentissage des savoirs par cycles plutôt que par niveaux, et déjà il réduit la semaine des écoliers.

Le dossier des ryhtmes scolaires va alors devenir une obsession. En 2008 Xavier Darcos, alors ministre de l’Education Nationale du gouvernement de François Fillon, décide qu'il faut renforcer l'apprentissage des savoire fondamentaux et rabote encore un peu plus le temps d'apprentissage des enfants.Dernière réforme, et pas des moindres celle initiée par Vincent Peillon en 2013, avec l'instauration de la semaine de quatre jours et demi, avant un nouveau changement en 2017 ?

Dans la même thématique

Back to school : recreation time at the college
5min

Société

Transidentité : en commission, les sénateurs adoptent la proposition de loi LR visant à encadrer la transition de genre des mineurs

La commission des affaires sociales du Sénat examinait, ce mercredi, une proposition de loi de la droite sénatoriale visant à encadrer les pratiques médicales dans la prise en charge des mineurs souffrant de dysphorie de genre. A l’origine, le texte visait à interdire le recours aux bloqueurs de puberté et à la chirurgie avant 18 ans. Un amendement adopté en commission est revenu sur la première interdiction.

Le

Current affairs question session with the government – Politics
5min

Société

Violences intrafamiliales : les députés et les sénateurs se mettent d’accord sur une proposition de loi sur les ordonnances de protection provisoire

Le 21 mai, 7 députés et 7 sénateurs se sont réunis en commission mixte paritaire pour examiner une proposition de loi, déposée par la députée Renaissance Emilie Chandler le 5 décembre dernier, renforçant l’ordonnance de protection provisoire et créant une ordonnance provisoire de protection immédiate. Une commission mixte paritaire conclusive qui a adopté le texte à l’unanimité : « Tout le monde est d’accord pour aller plus loin dans la protection, personne ne peut se satisfaire des femmes tuées en France », affirme Dominique Vérien, rapporteure du texte au Sénat.

Le

Lea, au premier jour de sa Vie
5min

Société

Périnatalité : « Infantiliser les femmes ne mène à rien de bon » selon la journaliste Renée Greusard

Le 14 mai dernier, la mission d’information sur l’avenir de la périnatalité auditionnait quatre journalistes spécialistes des questions de grossesse et de parentalité. Une audition qui a permis d’évoquer la question de la santé mentale durant le post-partum, l’information qui est faite autour et l’insuffisance des moyens alloués aux maternités.

Le