Education: Blanquer estime mener la politique “la plus sociale” et “progressiste” depuis 20 ans

Education: Blanquer estime mener la politique “la plus sociale” et “progressiste” depuis 20 ans

Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a estimé samedi que son action est "la plus progressiste" et n'a ...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a estimé samedi que son action est "la plus progressiste" et n'a "jamais été aussi sociale en matière d'éducation, au moins depuis vingt ans", lors du congrès du MoDem devant lequel il était convié à s'exprimer.

"Parfois, les premières mesures que nous avons prises ont été perçues comme étant tournées vers le passé. De même, certaines sont décrites par certains comme n'étant pas sociales", a déploré le ministre de l'Éducation nationale.

"Je prétends que jamais une action en matière d'éducation n'a été aussi sociale, au moins depuis 20 ans. Je prétends aussi que ce qui est en train d'être fait est le plus progressiste et avant-gardiste en matière d'éducation nationale", a-t-il poursuivi.

Très largement applaudi par quelque 500 militants MoDem réunis lors du congrès du parti centriste tout le week-end dans un hôtel parisien, Jean-Michel Blanquer a été présenté par le patron du mouvement centriste, François Bayrou, comme celui "qui l'a réconcilié avec le ministère de l'Education nationale".

M. Bayrou avait occupé ce portefeuille ministériel dans les gouvernements Balladur et Juppé (1993-1997).

Le nouveau locataire de la rue de Grenelle avait en revanche été sévèrement étrillé par les syndicats lors des semaines qui avaient suivi sa prise de fonction.

Le syndicat SE-UNSA, souvent qualifié de réformiste, avait considéré à la rentrée que des "conservateurs" succédaient à des "progressistes", plutôt que "droite contre gauche".

M. Blanquer s'en est défendu, samedi, en appelant à "avancer à la lumière de la science", contre "le surgissement d'un obscurantisme", "y compris dans des sphères intellectuelles".

Il a également insisté sur l'articulation entre éducation et culture, en revendiquant par ailleurs une "école du discernement".

"Nous avons plus que jamais besoin d'avoir des enfants qui ont du sens logique, qui sauront discerner le bien, le vrai, le beau. Ce sens logique, il ne s'oppose pas à la culture, aux arts, au contraire, il va avec", a-t-il ajouté.

Dans la même thématique

Education: Blanquer estime mener la politique “la plus sociale” et “progressiste” depuis 20 ans
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le