Emmanuel Macron : entre fermeté et autoritarisme ?

Emmanuel Macron : entre fermeté et autoritarisme ?

Invité de l’émission « On va plus loin » le journaliste politique Michaël Darmon, est venu dresser le portrait d’un Emmanuel Macron, à la poigne de fer.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le chef de l’État va bientôt souffler sa première bougie à la tête du pays. Un anniversaire qu’il va fêter dans un climat social très tendu. Pourtant, le président de la République exclut tout recul dans ses réformes, comme il l’a encore dit dans une interview diffusée dimanche soir sur Fox News.

Michaël Darmon, éditorialiste à Sud Radio et auteur de « Macron ou la démocratie de fer » (Éditions de l’Archipel) avait senti, dès la campagne présidentielle, chez Emmanuel Macron, ce que certains appellent de la fermeté  quand d’autres parlent de rigidité, voire d’autoritarisme. « Déjà [pendant] la campagne, il disait : « De toute façon si on est élu, on ne va pas venir pour beurrer les tartines »  » glisse Michaël Darmon, citant Macron, citant Audiard. Le futur président de la République parlait déjà de « transformation profonde ».

« On comprenait que l’on serait sur une démarche verticale » ajoute le journaliste. 

Emmanuel Macron = Margaret Thatcher ?

Alors que le magazine « The Week » s’interroge en une, pour savoir si la France a trouvé en Emmanuel Macron, sa Margaret Thatcher, Michaël Darmon explique : « Plusieurs membres du gouvernement, quand l’épreuve de force a commencé avec les cheminots, m’ont glissé qu’effectivement, l’épreuve qui était en train d’être engagée, pouvait ressembler à cette épreuve initiatique de Margaret Thatcher face aux mineurs, lorsqu’elle avait tenu (…) face à un long conflit et qu’après cela le pays avait compris, chez elle, que les choses allaient changer. Et que, quelque part ( …), c’était la même épreuve initiatique qu’était en train de vivre cet exécutif, pour sa première crise sociale. »

Mais pour le journaliste politique, seul le temps dira si, le «  pouvoir naissant [d’Emmanuel Macron] ne se résume qu’à du Gaullisme avec Instagram ou s’il incarne la transition nécessaire pour installer la France dans le XXIe siècle » : « Ce qui me frappe c’est qu’on n’a pas vu une tentative de pouvoir central organisé aussi puissamment autour d’une personne (…) depuis de Gaulle en réalité. Parce qu’on voit bien comment de Gaulle lui, quand il est arrivé, il a géré (…) des mutations économiques, sociales, géopolitiques très importantes. C’est également le cas pour Emmanuel Macron. Et avec, évidemment, toute la pratique des réseaux sociaux et de la communication permanente, en plus » conclut-il.

 

Vous pouvez voir et revoir l’interview de Michaël Darmon, en intégralité :

OVPL : interview du journaliste politique Michaël Darmon, à propos de son livre sur Macron
08:09

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Emmanuel Macron : entre fermeté et autoritarisme ?
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le