Entre Paris et Lyon, la campagne présidentielle lancée ce week-end

Entre Paris et Lyon, la campagne présidentielle lancée ce week-end

Avec l'investiture du candidat socialiste Benoît Hamon, dimanche, et trois grands meetings à Lyon de Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc...
Public Sénat

Par Lucile MALANDAIN, Stéphanie LEROUGE, Guillaume DAUDIN

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Avec l'investiture du candidat socialiste Benoît Hamon, dimanche, et trois grands meetings à Lyon de Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon, ce week-end donnera le véritable top départ de la campagne présidentielle, alors que François Fillon, le candidat de la droite, est en pleine tourmente.

* BENOÎT HAMON INVESTI

Après sa large victoire au second tour de la primaire du PS et de ses alliés (58,7% des suffrages), Benoît Hamon sera officiellement investi par le Parti socialiste dimanche, à la Mutualité à Paris, devant environ 2.000 personnes. M. Hamon, vainqueur sur une ligne en rupture avec celle portée durant le quinquennat, s'efforcera de donner des signaux pour rassembler les siens, sans trahir le "cap" fixé pendant la primaire.

Si la plupart de ses adversaires à la primaire seront absents, à l'exception d'Arnaud Montebourg et Vincent Peillon, plusieurs membres du gouvernement ont confirmé leur venue: Harlem désir, Matthias Fekl, Axelle Lemaire, Laurence Rossignol et Thierry Mandon, qui signe vendredi dans Libération une tribune affirmant que Benoît Hamon est le candidat des socialistes et que le "retrait" invoqué par des parlementaires est "impossible". Najat Vallaud-Belkacem, Marisol Touraine et Stéphane Le Foll n'ont pas exclu de venir. La maire de Paris Anne Hidalgo passera également.

Selon son entourage, M. Hamon doit revoir le ministre de l'Intérieur jeudi soir. "Ca se réchauffe beaucoup (...) On a des signaux au vert dans beaucoup de territoires", note cette source, pour qui les bons sondages des derniers jours ne sont pas étrangers à ce changement d'atmosphère.

* MARINE LE PEN PRESENTE SON PROGRAMME

Des "Assises présidentielles" pour présenter son programme et lancer sa campagne: après une année de discrétion relative, Marine Le Pen a appuyé sur l'accélérateur en janvier, avec déplacements et interventions dans les médias.

Marine Le Pen au Salon des Entrepreneurs à Paris le 1er février 2017
Marine Le Pen au Salon des Entrepreneurs à Paris le 1er février 2017
AFP

A Lyon, au Palais des Congrès, les ténors frontistes vont dérouler leurs propositions au cours de tables rondes et surtout s'efforcer d'afficher un visage d'unité, au moment où François Fillon affronte la tourmente de l'enquête sur les emplois supposés fictifs de son épouse et où Benoît Hamon s'efforce de rassembler son camp divisé.

Alors que François Fillon avait repris la tête des sondages après sa victoire à la primaire de la droite, Marine Le Pen a repris la première place depuis début janvier, sans forcément nettement distancer ses concurrents. Les sondages de second tour la donnent constamment battue avec un écart majeur.

* EMMANUEL MACRON ENTRE EN CAMPAGNE

Porté par des sondages de plus en plus flatteurs, mais toujours critiqué pour le "flou" de son programme, le candidat d'En Marche! doit "entrer en campagne" à Lyon, maintenant que le paysage des candidatures semble être éclairci par les primaires de la droite et du PS.

Emmanuel Macron, le candidat d'En Marche!, le 2 février 2017 à Paris au Salon des Entrepreneurs
Emmanuel Macron, le candidat d'En Marche!, le 2 février 2017 à Paris au Salon des Entrepreneurs
AFP

Dans son discours devant une salle pouvant accueillir jusqu'à 8.000 personnes, il va "remettre en perspective ce qu'il a dit jusqu'à maintenant et présenter le fil rouge de la suite de sa campagne", explique son entourage.

Ce meeting ne se déroule pas à Lyon par hasard, le maire de la capitale des Gaules, le socialiste Gérard Collomb étant un des plus fidèles soutiens depuis le début de son aventure présidentielle. Il a convaincu une cinquantaine d'élus locaux de le rejoindre, et son chef de cabinet a pris la direction de la campagne de M. Macron.

* JEAN-LUC MELENCHON ET SON HOLOGRAMME

Le candidat de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon à La Défense, le 31 janvier 2017
Le candidat de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon à La Défense, le 31 janvier 2017
AFP

Le candidat de La France insoumise a préparé son effet: il tient meeting à la même heure et dans la même ville que la présidente du FN pour "marquer solennellement le gouffre qui sépare la logique de Marine Le Pen et la tradition républicaine des Français la plus profonde et la plus noble". Mais si Jean-Luc Mélenchon sera présent à Lyon, son hologramme s'exprimera simultanément à Paris.

Au total, il parlera devant 10.000 personnes, pour un coût estimé par son équipe à 250.000 euros. "On va faire un discours très positif, déconnecté de la tambouille politicienne, donner un peu d'oxygène aux gens", a expliqué Manuel Bompard son directeur de campagne. Il sera donc question de transition écologique, d'économie de la mer, de numérique et d'espace, dans cette réunion publique à l'intitulé évocateur: "Aux frontières de l'humanité".

Dans la même thématique

Belgium Europe Migration
7min

Politique

Parlement européen : quels sont les grands textes adoptés depuis 2019 ?

Entre le Covid et la guerre en Ukraine, la mandature 2019-2024 a dû subir et réagir à de grands bouleversements. Pacte vert, plan de relance, sanctions à l’égard de la Russie ou encore soutien à l’Ukraine… A l’aube du renouvellement du Parlement européen, retour sur les grands dossiers adoptés ces 5 dernières années au Parlement européen.

Le

FRANCE–EUROPEAN PARLIAMENT-ELECTION
14min

Politique

Européennes 2024 : tout savoir sur les « petites » listes

A côté des grosses machines électorales, elles existent difficilement dans les médias traditionnels, misant plutôt sur les réseaux sociaux. Entre une flopée de listes écologistes, des listes souverainistes et des micros partis, tour d’horizon de ces listes qui devraient avoir le plus grand mal à avoir des eurodéputés, mais dont la présence est loin d’être neutre pour le scrutin du 9 juin.

Le