Etat d’urgence : « Rien de discriminatoire » assure Bruno Le Roux

Etat d’urgence : « Rien de discriminatoire » assure Bruno Le Roux

Le nouveau ministre de l’Intérieur est venu défendre la prorogation de l'état d'urgence, ce jeudi au Sénat.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Après l’Assemblée nationale, c’est le Sénat qui devrait approuver sans surprise la prorogation de l’état d’urgence, jusqu’en juillet prochain. Le nouveau ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux, est venu défendre ce texte et a répondu aux critiques sur les dérives que cette mesure peut entrainer sur les personnes visées. « Il y a des contrôles » se défend-il. « Trois types de contrôle : le contrôle administratif, le contrôle judiciaire et le contrôle parlementaire. Donc, il n’y a absolument rien de discriminatoire. Chaque fois qu’il y a une mesure qui est prise, elle est motivée par ce qu’a fait, ce que pourrait faire [la personne visée]. »

Comme le Premier ministre l’a aussi expliqué plus tôt, le ministre de l’Intérieur a appelé les Français à la « vigilance » sans pour autant céder à la paranoïa. « Je les appelle à rester vigilants mais je les appelle aussi à s’amuser, à pouvoir sortir, parce que nous assurons leur sécurité. » Il précise qu’il y aura « un déploiement supplémentaire de forces de sécurité » pour les fêtes. « La sécurité est au maximale. »

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le