FDJ: pas de privatisation avant une nouvelle régulation des jeux, prévoient les députés

FDJ: pas de privatisation avant une nouvelle régulation des jeux, prévoient les députés

Les députés ont prévu que la privatisation de la Française des Jeux (FDJ) n'intervienne qu'après la mise en place d'une nouvelle...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Les députés ont prévu que la privatisation de la Française des Jeux (FDJ) n'intervienne qu'après la mise en place d'une nouvelle régulation des jeux d'argent et de hasard, par un amendement au projet de loi Pacte.

Un amendement LREM adopté dans la nuit de jeudi à vendredi en commission spéciale impose que cette nouvelle régulation (peut-être via une autorité unique), prévue par ordonnance, soit un préalable au transfert au privé de la majorité du capital de la FDJ. L'Etat possède 72% des parts de l'entreprise, qui détient en France le monopole des jeux de tirage et de grattage.

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, qui porte le projet de loi qui sera examiné dans l'hémicycle à compter du 25 septembre, a proposé devant les députés que les discussions sur la régulation des jeux commencent début octobre. Il s'est engagé à ce que la privatisation de la FDJ ne soit pas lancée avant la mise en place des mécanismes de régulation.

En juillet, la PDG de la FDJ, Stéphane Pallez, avait indiqué à l'AFP qu'aucun changement de statut de l'opérateur emblématique n'interviendrait avant 2019.

L'Etat empoche chaque année plus de trois milliards d'euros prélevés sur les mises des 26 millions de joueurs, une manne qui sera maintenue même après la privatisation de la FDJ.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

FDJ: pas de privatisation avant une nouvelle régulation des jeux, prévoient les députés
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le