Fenech appelle à parrainer une candidature de Baroin

Fenech appelle à parrainer une candidature de Baroin

Georges Fenech, député LR du Rhône, qui voulait une candidature d'Alain Juppé, a appelé lundi après la fin de non recevoir du...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Georges Fenech, député LR du Rhône, qui voulait une candidature d'Alain Juppé, a appelé lundi après la fin de non recevoir du maire de Bordeaux, à parrainer François Baroin.

"François Fillon ne lâchera plus, nous le savons", a déclaré le député sur franceinfo. Il a appelé Les Républicains à s'en remettre à des "primaires institutionnelles", en présentant un autre candidat à la présidentielle.

"J'appelle ma famille politique à désigner sans tarder un candidat qui représentera notre famille politique et nous aurons une primaire qui sera le premier tour de la présidentielle", a-t-il affirmé.

"Je pense que François Baroin est cette personnalité", a-t-il poursuivi, invitant les élus à le parrainer, quand bien même il ne soit pas candidat.

"Pour moi les vraies primaires, c'est le premier tour de la présidentielle, on en a eu par le passé, souvenez-vous, Balladur-Chirac", a-t-il ajouté sur BFMTV. "Il y a bien trois candidats" à gauche, a-t-il déclaré.

M. Fenech a dit éprouver "une très, très grande tristesse" après le renoncement d'Alain Juppé. "Je pense que c'était l'homme de la situation mais je peux parfaitement comprendre que sans le rassemblement de notre famille politique, il ne pouvait pas aller plus loin dans sa démarche", a-t-il affirmé.

Dans la même thématique

Paris: Rassemblement national deputes legislatives Assemblee nationale
5min

Politique

Rentrée des députés RN à l’Assemblée : « Ils veulent montrer que le chaos et la pagaille, ce n’est pas eux »

Les troupes de Marine Le Pen ont fait leur entrée mercredi à l'Assemblée nationale, et ont promis d'être « irréprochables »afin d'arriver « demain » aux responsabilités. Dans l’hémicycle, le parti à la flamme et ses alliés devraient compter 143 députés, contre 88 en 2022. Il n’a jamais compté autant d’élus au Palais Bourbon.

Le