Fonctionnaires, TVA…Baroin commente le programme de Fillon

Fonctionnaires, TVA…Baroin commente le programme de Fillon

François Baroin, soutien de François Fillon, a appelé jeudi à respecter des "proportions acceptables" pour réduire le nombre d...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

François Baroin, soutien de François Fillon, a appelé jeudi à respecter des "proportions acceptables" pour réduire le nombre d'emplois publics des collectivités, à un périmètre précis pour la hausse de la TVA, et à rétablir la possibilité de cumuler des mandats.

"La Constitution garantit la libre administration des collectivités territoriales. Elle ne sera pas changée sur ce sujet", a d'abord affirmé le président (LR) de l'Association des maires de France (AMF) à l'antenne de France Inter.

"Vous verrez que le cadre d'un contrat de mandature nécessaire entre l'Etat et les collectivités territoriales, notamment les communes qu'il faut protéger, sera dans des proportions acceptables par tous et pour tous", a-t-il assuré.

Son candidat pour la présidentielle, l'ancien Premier ministre François Fillon, a fait de la suppression de 500.000 emplois publics l'une des promesses phares de sa campagne. Une mesure qui concernerait selon lui les emplois dans les collectivités territoriales.

M. Fillon a assuré le 9 février dernier qu'il n'était "pas question de remettre en cause" la libre administration des collectivités, mais qu'elles seraient "concernées au premier chef par les enjeux d'amélioration de la gestion des ressources humaines".

Concernant la hausse de la TVA prévue par M. Fillon, M. Baroin a estimé qu'elle ne devait pas concerner "tous les secteurs d'activité économique". "Si vous impactez les services, il y a un impact assez fort sur la consommation", a-t-il mis en garde.

Enfin le sénateur-maire du Troyes s'est montré très défavorable au maintien de la loi sur le non-cumul des mandats: "la France est un pays centralisé. Bercy dirige beaucoup de choses. Si on veut que toutes les énergies soient absorbées comme des trous noirs (...) cette loi anti-cumul sera en fait une loi anti-territoire, anti-maires (...) et on ne pèsera plus au Parlement pour trouver un équilibre avec un exécutif puissant", a-t-il dit.

"Ce combat n'a pas été mené, on n'a pas dit à l'opinion publique la réalité", a-t-il ajouté.

M. Fillon a de son côté annoncé qu'il n'entendait pas revenir sur cette loi.

Dans la même thématique

Fonctionnaires, TVA…Baroin commente le programme de Fillon
3min

Politique

« La France aux abonnés absents le mois où tout se joue dans l’Union » selon l’eurodéputé socialiste Christophe Clergeau

Alors que la montée de l’extrême droite en Europe a été limitée aux élections européennes (quelques dizaines de sièges de gagnés pour les groupes de droite radicale sur les 720 du Parlement européen), le score du Rassemblement national et de Reconquête (37% des voix au total) en France représente un séisme politique en France mais aussi dans l’Union européenne. Le Premier ministre polonais et pro-européen Donald Tusk, malgré la victoire de son parti dimanche contre la droite ultraconservatrice du PiS (Droit et Justice), a fait part de « sa terrible tristesse » après l’annonce de la victoire de l’extrême droite en France.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
6min

Politique

Le programme des 100 premiers jours du « Nouveau Front populaire » 

Pouvoir d’achat, salaire, énergie, Gaza… Le « Nouveau Front populaire », qui rassemble les principaux partis de gauche, a dévoilé les mesures-clés de son programme commun de gouvernement en cas d’accession au pouvoir à l’issue des législatives anticipées.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
5min

Politique

Nouveau Front populaire : la répartition des circonscriptions est bouclée, les partis désignent leurs candidats

Dans la soirée de jeudi, le Parti socialiste, la France insoumise, le Parti communiste et les Ecologistes, ainsi que plusieurs autres petits partis de gauche, ont scellé leur accord, actant la naissance du Nouveau Front populaire pour faire face au Rassemblement National. Dépassées, donc, les querelles sur les répartitions des circonscriptions. Pourtant, plusieurs cas posaient problème.

Le