Hamon dans la Creuse à la rencontre du “pays réel”

Hamon dans la Creuse à la rencontre du “pays réel”

Quatre jours après son investiture par le PS, Benoît Hamon s'est rendu jeudi dans la Creuse, au chevet du "pays réel qui rame, qui souffre" avec...
Public Sénat

Par Stéphanie LEROUGE

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Quatre jours après son investiture par le PS, Benoît Hamon s'est rendu jeudi dans la Creuse, au chevet du "pays réel qui rame, qui souffre" avec, dans sa besace, non pas des solutions "miracles", mais des réponses qu'il veut concrètes et crédibles.

Le vainqueur de la primaire du PS et de ses alliés, parfois caricaturé en candidat des "bobos", et qui avait déjà réservé son premier déplacement de campagne présidentielle aux ouvriers de Moselle, a commencé son périple par une rencontre à La Souterraine avec des salariés de GM&S, un sous-traitant de l'automobile placé en redressement judiciaire.

Interpellé "virilement", comme il l'a dit lui-même, par ces salariés, M. Hamon s'est gardé de leur promettre l'impossible. "Je ne suis pas venu avec de la poudre de perlimpinpin", a souligné auprès de la presse celui qui avait été accusé d'être un marchand de rêves pendant la primaire PS.

M. Hamon a souhaité que les donneurs d'ordre de l'entreprise, PSA et Renault, prennent des engagements "durables" pour pérenniser son activité. "Il faut se tourner vers ceux qui ont pris l'agent public, ceux qui ont été sauvés par l'argent public", a-t-il affirmé, alors que le Premier ministre Bernard Cazeneuve doit lui aussi rencontrer les salariés de cette entreprise vendredi.

Le candidat à la présidentielle Benoît Hamon lors de son discours à Guéret dans la Creuse, le 9 février 2017
Le candidat à la présidentielle Benoît Hamon lors de son discours à Guéret dans la Creuse, le 9 février 2017
AFP

M. Hamon s'est engagé, s'il est élu président de la République, à infléchir la stratégie de l’État actionnaire afin de privilégier "l'activité sur le territoire français, la relocalisation chaque fois que c'est possible", plutôt que la perception de dividendes.

"C'est un beau slogan, le +Made in France+", a souri M. Hamon, dans une allusion au mot d'ordre d'un de ses adversaires de la primaire, Arnaud Montebourg.

Le député "frondeur" s'est aussi engagé à promouvoir une autre "loi travail", fustigeant la réduction de la rémunération des heures supplémentaires que permet la loi El Khomri. "Un sujet qui serait intéressant" à explorer dans cette nouvelle loi serait celle du "pouvoir des salariés dans les entreprises", autre thème de la campagne de M. Montebourg.

S'il n'a pas été question du revenu universel d'existence lors de cette visite, M. Hamon l'a en revanche à nouveau défendu devant les jeunes d'une mission locale, à Guéret.

- Marine Le Pen, un "monstre" -

Sautant d'une coopérative agricole au théâtre d'Aubusson, en passant par "l'éco-maternité" du centre hospitalier de Guéret, M. Hamon a évoqué les "sujets du quotidien" qui lui tiennent à coeur: alimentation de qualité, lutte contre les perturbateurs endocriniens, défense des services publics... Il a notamment proposé de revoir "le financement de l'hôpital" afin qu'il "repose pour partie sur la tarification à l'activité mais pour une autre partie sur un financement mixte qui s'intéresse davantage au temps que les patients passent dans les hôpitaux".

Le candidat à la présidentielle Benoît Hamon à La Souterraine, en France, le 9 février 2017
Le candidat à la présidentielle Benoît Hamon à La Souterraine, en France, le 9 février 2017
AFP

Dans la soirée, le candidat a tenu une réunion publique à Guéret, devant au moins 600 personnes.

S'il s'est à nouveau défendu d'être "l'homme providentiel" -se moquant au passage des allures christiques d'Emmanuel Macron, et d'un François Fillon "pas très chrétien" sur les migrants- il s'est appliqué à prendre de la hauteur et peut-être à endosser plus franchement le costume présidentiel, en mettant en garde contre les "monstres" qu'engendre la disparition du "vieux monde", dans une allusion à une célèbre formule d'Antonio Gramsci.

Benoît Hamon en campagne à Guéret, en FRance, le 9 février 2017
Benoît Hamon en campagne à Guéret, en FRance, le 9 février 2017
AFP

"Il faut toujours prendre conscience des moments dans lesquels nous vivons. Il y aujourd'hui une éclosion des nationalismes partout", a-t-il souligné, en pointant "l'instabilité" engendrée par Donald Trump comme par Vladimir Poutine.

"Voilà la situation dans laquelle nous sommes, et dans ce clair-obscur peut naître un monstre, vous en avez le nom, c'est une femme, elle est portée aujourd'hui par un puissant mouvement populaire qu'il ne faut surtout pas sous-estimer", a-t-il dit dans une allusion évidente à Marine Le Pen.

Face au risque de l'extrême-droite, M. Hamon a réaffirmé la nécessité de ne pas se contenter d'un "petit projet", et de "tout mettre en oeuvre pour tenter de rassembler la gauche". Il a promis pour ce faire "des initiatives nouvelles, cette semaine et la semaine prochaine".

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le