Heures sup défiscalisées: Valls en précise les modalités

Heures sup défiscalisées: Valls en précise les modalités

Le candidat à la primaire de la gauche Manuel Valls a précisé mercredi les modalités de sa proposition de défiscaliser de nouveau...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le candidat à la primaire de la gauche Manuel Valls a précisé mercredi les modalités de sa proposition de défiscaliser de nouveau des heures supplémentaires, en défendant également celle d'un service civique obligatoire pour que "la Nation retrouve du sens".

Invité de RTL, l'ancien Premier ministre a jugé que sa proposition de rétablir la défiscalisation des "heures sup", une mesure prise par Nicolas Sarkozy mais abrogée par François Hollande, coûterait quelque 4 milliards d'euros et serait instaurée en deux temps.

"Je veux rétablir cette mesure parce qu'il y a eu un sentiment de frustration, de sentiment au fond qu'on ne prenait pas en compte ceux qui travaillaient davantage", a-t-il justifié.

"Je veux rétablir cette mesure en commençant par une exonération des cotisations sociales c'est à dire concrètement en augmentant le salaire net des travailleurs, ça c'est un coût de 2,5 milliards d'euros, avant la défiscalisation à proprement parler, ça c'est un coût de 1,5 milliard", a-t-il dit.

Soit les mêmes principes que les heures supplémentaires sous Nicolas Sarkozy. Seule différence proposée par Manuel Valls: un plafond au-delà duquel les heures sup ne seraient plus défiscalisées "qui pourrait être fixé par exemple à 5.000 ou 6.000 euros". Et cela afin que "cette mesure bénéficie d'abord à ceux qui en ont le plus besoin et pour éviter les abus", a plaidé l'ex-Premier ministre.

L'ex-Premier ministre a expliqué ce changement de cap mercredi soir sur TF1. "On peut changer d'avis, il faut écouter les salariés (...) qui ont dit +on a perdu du pouvoir d'achat+", a fait valoir M. Valls. "Je ne crois pas que la politique ce soit le sectarisme", a-t-il ajouté.

"Sur cette mesure, oui je crois qu'il faut y revenir. Je crois que c'est une mesure de bon sens, de justice", a-t-il martelé.

Sur RTL, M. Valls a aussi détaillé sa promesse d'instaurer un service civique obligatoire de six mois, qui aurait lieu "à partir de 16-18 ans" et "jusqu'à 25 ans".

Il sera bien obligatoire, même si "je crois qu'il faut passer avec la méthode et les phases nécessaires, à cette phase obligatoire", selon le candidat

"Ce dont nous avons le plus besoin c'est que la Nation retrouve du sens. Ce qui manque dans ce pays c'est de la confiance en soi-même, de la fierté (...) Il faut faire sens, il faut faire France", a-t-il souhaité.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le