Hollande, “un bon peintre”, selon Macron qui n’a pas su “raconter”

Hollande, “un bon peintre”, selon Macron qui n’a pas su “raconter”

François Hollande ressortira avec son bilan présidentiel comme "un bon peintre" mais qui n'a pas su "raconter ce qu'il voulait...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

François Hollande ressortira avec son bilan présidentiel comme "un bon peintre" mais qui n'a pas su "raconter ce qu'il voulait dessiner", affirme Emmanuel Macron dans une interview publiée jeudi par L'Obs.

Entre défense et critiques du président, le candidat à la présidentielle et ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée affirme qu'il n'aurait pas entamé le quinquennat comme l'a fait François Hollande, ni "parlé aux Français comme il l'a fait".

"Même ses bons choix, il n'a pas su les expliquer", assène-t-il.

Toutefois, affirme l'ancien collaborateur de François Hollande, "vous verrez que, lorsqu'on s'écartera de la présidence Hollande comme d'un tableau pointilliste, on dira que ça n'était pas si mal et que c'était un bon peintre".

"Dommage qu'il n'ait pas su justifier son coup de pinceau et raconter ce qu'il voulait dessiner", lâche l'ancien ministre de l'Economie.

Critiqué pour le temps qu'il met à présenter son programme intégral, le candidat se défend en affirmant que "ce qui compte c'est le projet", même s'il présentera un programme pour nourrir le "Moloch médiatique".

"On me reproche de n'avoir pas de programme, mais ce qui compte c'est le projet!", dit-il à l'Obs.

"Je donnerai le programme pour nourrir le Moloch médiatique et politique. Mais je crois davantage au contrat moral passé avec la Nation. Etre candidat à la présidence, c'est avoir un regard et un style", justifie celui qui dit avoir le regard "tourné vers là où je veux emmener les Français".

Dans la même thématique

Strasbourg : European Parliament session
6min

Politique

Européennes 2024 : que disent les derniers sondages sur les tendances ?

Jordan Bardella reste toujours loin devant, quand Valérie Hayer peine à contenir la dynamique de Raphaël Glucksmann. Le candidat PS/Place Publique talonne de plus en plus la liste de la majorité présidentielle. Manon Aubry pour LFI progresse un peu, quand François-Xavier Bellamy est plus ou moins stable.

Le