Il menaçait de tuer Macron le 14 juillet: un homme mis en examen

Il menaçait de tuer Macron le 14 juillet: un homme mis en examen

Il menaçait de tuer Emmanuel Macron le 14 juillet : un homme de 23 ans proche de l'idéologie d'extrême droite qui voulait s'attaquer au...
Public Sénat

Par Sophie DEVILLER et Pauline TALAGRAND

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Il menaçait de tuer Emmanuel Macron le 14 juillet : un homme de 23 ans proche de l'idéologie d'extrême droite qui voulait s'attaquer au président lors du défilé militaire de la Fête nationale a été mis en examen et écroué.

Interpellé le 28 juin à son domicile d'Argenteuil (Val-d'Oise), il a été mis en examen samedi pour "entreprise individuelle terroriste", a-t-on appris de source judiciaire, confirmant une information de RMC.

Le suspect, qui s'est décrit comme "nationaliste" lors de sa garde à vue, avait de multiples cibles : il a déclaré aux enquêteurs de la Sous-direction antiterroriste (Sdat) vouloir s'en prendre également à des "musulmans, juifs, noirs, homosexuels", selon une source proche de l'enquête.

Il a été repéré après avoir cherché à faire l'acquisition d'une arme à feu sur un site de jeux vidéo.

Plusieurs internautes l'ont signalé sur la plateforme Pharos (Plateforme d'harmonisation, d'analyse, de recoupement et d'orientation des signalements), qui permet de porter à la connaissance des autorités les contenus ou comportements illicites sur internet.

Lors des perquisitions, les policiers ont découvert trois couteaux de cuisine dans son véhicule. L'exploitation de son ordinateur a révélé qu'il avait effectué des recherches sur internet concernant des cibles potentielles, a ajouté la source proche de l'enquête, sans plus de précisions.

- 'Pété les plombs' -

Emmanuel Macron assistera le 14 juillet à son premier défilé en tant que chef de l'Etat, en compagnie notamment du président des Etats-Unis Donald Trump.

Anders Behring Breivik, le 15 mars 2016 à Skien en Norvège
Anders Behring Breivik, le 15 mars 2016 à Skien en Norvège
AFP/Archives

Le jeune homme est connu de la justice : il avait été condamné en 2016 à trois ans de prison dont 18 mois avec sursis et mise à l'épreuve pour provocation à la haine raciale et apologie du terrorisme après avoir vanté les actes du néo-nazi Anders Behring Breivik, qui avait tué 77 personnes en Norvège, dont 69 sur l'île d'Utoya, le 22 juillet 2011.

Son projet et son profil rappellent celui de Maxime Brunerie, qui avait visé le président Jacques Chirac alors qu'il remontait les Champs-Elysées en voiture le 14 juillet 2002, peu avant le début du défilé.

Sa tentative de tir au fusil 22 long rifle, qu'il avait dissimulé dans un étui à guitare, avait été déviée par un spectateur et il avait été ensuite maîtrisé par plusieurs personnes.

Brunerie, ancien militant de la mouvance nationaliste identitaire, proche de l'extrême droite, a été condamné en décembre 2004 à dix ans de réclusion criminelle. "Je voulais faire quelque chose d'historique", avait-il expliqué lors de son procès.

Après sa libération le 3 août 2009, il a déclaré avoir "complètement pété les plombs". "Il y avait une part de roue libre, de narcissisme complètement incontrôlé", a-t-il estimé.

Par ailleurs, dans une affaire distincte, un homme de 21 ans, proche de l'ultra-droite qui menaçait sur les réseaux sociaux de s'en prendre à des "migrants" et des "jihadistes", a été arrêté le 27 juin dans les Bouches-du-Rhône et mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Lui aussi était un admirateur d'Anders Behring Breivik.

Dans la même thématique

Il menaçait de tuer Macron le 14 juillet: un homme mis en examen
7min

Politique

Panthéonisation du résistant communiste Missak Manouchian : « Vous entrez ici en soldat avec vos camarades », salue Emmanuel Macron

« La France reconnaissante vous accueille », a déclaré le président de la République pour la panthéonisation de Missak Manouchian et de sa femme Mélinée, lors d’une cérémonie émouvante. A travers lui, ce sont ses 23 compagnons d’armes fusillés par les nazis, et tous les Francs-tireurs et partisans - main-d’œuvre immigrée, les FTP-MOI, à qui la France rend hommage. « La France de 2024 se devait d’honorer ceux qui furent 24 fois la France », a affirmé Emmanuel Macron.

Le

Des agriculteurs bloquent le peage de l’autoroute A43 a Saint-Quentin Fallavier en direction de Lyon et Grenoble – Farmers block the toll of the A43 motorway in Saint-Quentin Fallavier towards Lyon and Grenoble
4min

Politique

Sondage : 91% des Français soutiennent le mouvement des agriculteurs

Selon un sondage Odoxa – Backbone Consulting pour le Figaro, les personnes interrogées soutiennent très largement la mobilisation des agriculteurs. Pire encore, le soutien au mouvement n’a jamais été aussi haut avec 91% des Français (en hausse de 2 points) déclarant approuver le mouvement lancé il y a près de 3 mois.

Le

Il menaçait de tuer Macron le 14 juillet: un homme mis en examen
3min

Politique

Passe d’armes entre le Premier Ministre et le RN sur l’agriculture : « Le Rassemblement National dit tout et son contraire » tacle Gabriel Attal

Au cours de sa conférence de presse et quelques heures après avoir proposé un débat à Marine le Pen sur l’agriculture dans le journal Le Figaro, le Premier Ministre est revenu sur la passe d'armes qui l'oppose à la présidente du groupe RN à l’Assemblée. Critiquant les « changements de pied incessants » du RN, le Premier Ministre a taclé l'ex-finaliste à l’élection présidentielle, l'accusant de ne pas être « très à l'aise sur ces questions » et d'avoir « peur que cela se voit ».

Le