Institutions: Ruffin (LFI) appelle à “couper le cordon ombilical” entre le chef de l’Etat et l’Assemblée

Institutions: Ruffin (LFI) appelle à “couper le cordon ombilical” entre le chef de l’Etat et l’Assemblée

François Ruffin, député LFI de la Somme, a appelé jeudi à "couper le cordon ombilical" entre le président de la République et l...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

François Ruffin, député LFI de la Somme, a appelé jeudi à "couper le cordon ombilical" entre le président de la République et l'Assemblée nationale pour permettre au Parlement d'être plus qu'un "habillage démocratique" pour les décisions du chef de l'Etat.

"La question-clé c'est comment on coupe le cordon ombilical entre le président et l'Assemblée. Cette question-là, la réforme parlementaire ne va pas la poser", a déploré le député sur BFMTV et RMC.

"Au contraire elle vient renforcer les pouvoirs du président sur cette assemblée, elle ne va pas du tout dans le bon sens", a-t-il ajouté, précisant qu'il voterait "a priori" contre le projet de réforme.

"La seule question qui vaille pour moi c'est l'utilité de ce Parlement", a poursuivi le néo-député, qui ne veut pas qu'il soit un "habillage parce qu'on a un président qui prend les décisions et ensuite veut un habillage démocratique par le biais de sa majorité automatique et pléthorique".

Par ailleurs l'élu de La France insoumise se dit favorable à une "augmentation du nombre de parlementaires", plutôt qu'à une diminution comme le prévoit le projet de réformes.

"J'ai trop de travail, j'ai trop de boulot, j'ai trop de dossiers", a-t-il argumenté, préconisant d'accorder une fonction plus importante aux suppléants des députés.

"J'aimerais bien être député une semaine, que mon suppléant fasse la semaine d'après, que je revienne faire la semaine d'après... que je puisse du coup retourner en circonscription parce que je peux avoir un sentiment de détachement, de ne plus être au contact des gens, de ne plus avoir le temps de leur prêter mon oreille", a-t-il justifié.

Interrogé sur d'éventuelles divergences de point de vue avec Jean-Luc Mélenchon, chef de file des députés LFI à l'Assemblée, M. Ruffin a déclaré: "je ne pense pas qu'il y ait de divergences de fond".

"Il y a des pratiques culturelles qui ne sont pas les mêmes. Moi j'ai pas passé des années au Parti socialiste. Il y a un héritage culturel qui n'est pas le même, du coup il faut que ça se cherche, que ça se trouve, mais on ne fera rien de beau si jamais on ne réunit pas des choses qui naturellement n'iraient pas ensemble".

"J'ai un fond peut-être ou une forme en tout cas un peu plus libertaire, quelque chose comme ça, je pense que c'est un point supplémentaire que j'amène à La France insoumise et que j'amène à la gauche et que j'amène, j'espère, aux gens", a-t-il expliqué.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le