Islamisme : « Il y a des quartiers qui ont été verrouillés par des barbus », dénonce Bruno Retailleau

Islamisme : « Il y a des quartiers qui ont été verrouillés par des barbus », dénonce Bruno Retailleau

Réagissant à la mise en examen du RN Jordan Bardella, pour des propos tenus sur la ville de Trappes, le député LR Bruno Retailleau a estimé sur Public Sénat que certains quartiers étaient aux mains de l’islamisme radical.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le président par intérim du Rassemblement national, Jordan Bardella, a indiqué mercredi avoir été mis en examen pour avoir qualifié en octobre dernier la ville de Trappes, dans les Yvelines, de « République islamique ». Dans l’après-midi, l’eurodéputé a reçu le soutien indirect de Bruno Retailleau, le chef de file de la droite sénatoriale. « Oui, il y a des quartiers qui ont été verrouillés par des barbus. Il faut les dénoncer ! », a-t-il lâché au micro de Public Sénat, évoquant notamment les travaux d’universitaires, comme le sociologue Bernard Rougier, sur la radicalisation de certaines banlieues.

« L’islamisme avance, parfois en faisant des attentats terroristes. Nous en avons connu, la France a beaucoup payé, il y a eu beaucoup de victimes. Mais il avance aussi de façon plus sournoise, en imposant ses codes, ses signes, comme le voile », argue encore le député vendéen, cette fois en réaction à la mise sous protection policière de la journaliste Ophélie Meunier, menacée après la diffusion, sur M6, d’un reportage consacré à l’islamisme à Roubaix.

Bruno Retailleau dénonce ainsi un « djihadisme d’atmosphère » - formule empruntée au spécialiste de l’islam et du monde arabe, Gilles Kepel -, et contre lequel « le gouvernement est très très faible ». Il estime notamment que la loi du 24 août 2021 pour conforter les principes de la République ne va pas assez loin contre les phénomènes qu’il dénonce. « Le gouvernement n’a pas compris qu’il fallait se battre avec toutes les armes, et la première c’est la ferme volonté de ne pas reculer d’un pouce », martèle l’élu.

Dans la même thématique

Installation dans un champ d’un panneau indiquant Votre alimentation commence ici
7min

Société

Agriculture : qu’est-ce que les « clauses miroirs » que demandent les agriculteurs ?

Le terme revient souvent dans la crise agricole. Les « clauses » et « mesures miroirs », qu’exigent les agriculteurs, sont un moyen d’éviter une concurrence déloyale. L’idée est d’imposer aux pays tiers les mêmes normes environnementales que celles exigées en France et en Europe aux agriculteurs. Si le gouvernement affiche son volontarisme, leur mise en œuvre est complexe et semée d’embûches…

Le

MARIA RESSA : PRESS CONFERENCE AT RSF PARIS
7min

Société

Respect du pluralisme sur CNews : « Il ne s’agit pas d’encadrer la liberté d’expression, mais de faire respecter la loi », assure Christophe Deloire

Après la décision du Conseil d’Etat demandant à l’Arcom de renforcer son contrôle du respect du pluralisme par la chaîne CNews, Reporters sans frontières est accusé par les médias du milliardaire Vincent Bolloré de porter atteinte à la liberté d’expression. Après avoir reçu le soutien d’une vingtaine d’avocats, RSF se dit déterminé à vouloir faire appliquer la loi.

Le

Islamisme : « Il y a des quartiers qui ont été verrouillés par des barbus », dénonce Bruno Retailleau
5min

Société

« Mon grand-père a toujours pensé qu'il devait sa vie au fait que Manouchian n'avait pas parlé sous la torture », raconte Pierre Ouzoulias

Petit-fils d’un militant communiste qui a combattu avec Missak Manouchian, le sénateur Pierre Ouzoulias estime que la panthéonisation de ce résistant fusillé par les Allemands scelle « la réconciliation » des Résistances communistes et gaullistes autour de « la vocation fortement universelle et universaliste de la France ».

Le

permis
8min

Société

Permis de conduire : le projet de loi européen visant à mettre fin au permis à vie cristallise les tensions

Un projet de loi européen, qui sera soumis au vote du Parlement fin février et porté par la députée européenne écologiste française Karima Delli, propose de modifier la directive européenne sur la durée de validité du permis de conduire en fixant notamment une visite médicale obligatoire à l’obtention du permis, puis tous les 15 ans. A partir de 70 ans en revanche, la mesure est renforcée par un contrôle tous les 5 ans. Objectif ? « Zéro mort » sur les routes à l’horizon 2050.

Le