Jean-Marie Le Pen hospitalisé depuis une semaine pour une grippe

Jean-Marie Le Pen hospitalisé depuis une semaine pour une grippe

Jean-Marie Le Pen, âgé de 89 ans, est hospitalisé à Paris depuis environ huit jours pour une grippe mais est "en voie de...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Jean-Marie Le Pen, âgé de 89 ans, est hospitalisé à Paris depuis environ huit jours pour une grippe mais est "en voie de rétablissement", a-t-on appris vendredi auprès de l'intéressé et de son entourage.

Joint par l'AFP, le cofondateur du Front national a indiqué être à l'hôpital "depuis une huitaine de jours", confirmant une information de France Inter.

"M. Le Pen a pourtant été vacciné. Mais, à 89 ans, une grippe ça peut être dangereux. Son entourage a donc pris toutes les précautions nécessaires", a expliqué à l'AFP son conseiller Lorrain de Saint Affrique.

Jean-Marie Le Pen "est en voie de rétablissement et devrait, après un peu de repos, reprendre ses activités en fin de semaine prochaine", a ajouté M. de Saint Affrique sans préciser quand il sortirait de l'hôpital.

L'ancien président du FN (de 1972 à 2011) a attrapé la grippe "après avoir rencontré des centaines de personnes pour la dédicace de ses mémoires", publiées une dizaine de jours avant le congrès du FN à Lille les 10 et 11 mars, auquel il n'a pas, pour la première fois, participé.

Exclu du FN par sa fille Marine en 2015 pour ses propos polémiques répétés sur la Shoah, puis déchu de la présidence d'honneur du parti, Jean-Marie Le Pen a rejoint fin mars le parti européen néofasciste Alliance pour la paix et la liberté (en anglais APF), qui compte dans ses rangs le parti néonazi allemand NPD.

M. Le Pen, qui est aussi eurodéputé, ne se représentera pas aux élections européennes de 2019.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Jean-Marie Le Pen hospitalisé depuis une semaine pour une grippe
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le