L’Ocean Viking va être accueilli à Toulon, Darmanin évoque des « suites juridiques » contre l’Italie

L’Ocean Viking va être accueilli à Toulon, Darmanin évoque des « suites juridiques » contre l’Italie

Devant l’urgence humanitaire, la France va finalement accueillir le navire de secours Ocean Viking, avec à son bord 231 migrants, a fait savoir ce jeudi 10 novembre Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur. Paris estime que Rome, en refusant de porter secours à ce bateau, s’est dérobée à ses obligations sur l’accueil des migrants et prévoit « des conséquences extrêmement fortes sur la relation bilatérale ».
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

La France va finalement accueillir l’Ocean Viking, le navire de l’ONG « SOS Méditerranée », avec à son bord 231 migrants secourus en mer, et qui avait initialement demandé à accoster en Italie. Ce bateau sera accueilli au port de Toulon et « un tiers » des passagers migrants « relocalisés » en France, suivant le mécanisme européen de répartition des migrants mis en place sous la présidence française de l’UE, a déclaré ce jeudi le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, lors du traditionnel point presse à l’issue du Conseil des ministres.

Toutefois, le bras de fer entre la France et l’Italie se poursuit. Gérald Darmanin a notamment pointé du doigt le silence de l’Italie, qui s’est ainsi dérobée à ses obligations au regard du droit international, selon lui. « Il y aura des conséquences extrêmement fortes sur la relation bilatérale et les relations avec l’Europe », a-t-il averti, évoquant également de possibles « suites juridiques ».

Un risque humanitaire

L’Ocean Viking attend depuis 20 jours l’autorisation d’accoster dans un port du nord de la Méditerranée, s’étant d’abord tourné vers Italie, suivant les dispositions de la Convention internationale sur la recherche et le sauvetage maritimes. Mais devant le silence de la péninsule et la dégradation de l’état de santé de plusieurs passagers, les autorités françaises ont fait le choix « à titre exceptionnel » de prendre le relais. « La situation humanitaire à bord appelle désormais à une action immédiate. Chaque heure supplémentaire de navigation fait désormais encourir des risques très importants pour la vie de certains passagers », a expliqué le locataire de la place Beauvau.

Vers une réponse européenne

« Les nouvelles autorités italiennes ont fait le choix incompréhensible de ne pas répondre aux multiples demandes d’assistance du navire, alors même que celui-ci se trouvait, sans aucune contestation possible, dans la zone de secours et de recherche italienne », a-t-il encore constaté.

En réaction, la France a décidé de suspendre la relocalisation à laquelle elle s’était engagée de 3 500 réfugiés actuellement situés sur le sol italien. « La France prendra dans les prochaines heures des mesures de renforcement des contrôles aux frontières avec l’Italie », a-t-il encore indiqué. Par ailleurs, une réunion européenne, rassemblant la Commission européenne, la France et l’Allemagne, se tiendra « dans les prochains jours » pour décider des suites à donner à l’attitude adoptée par l’Italie.

 

Dans la même thématique

L’Ocean Viking va être accueilli à Toulon, Darmanin évoque des « suites juridiques » contre l’Italie
3min

Société

Narcotrafic : les dealers « estiment que ce sont eux qui font la loi », déplore cette habitante strasbourgeoise

A quelques pas de la frontière allemande, à Strasbourg, le quartier du Port-du-Rhin a depuis quelques jours retrouvé son calme. Du moins en apparence. Si l’opération « place nette XXL » qui a eu lieu début avril est venue perturber le trafic de drogue, cette tranquillité reste fragile, pour Anne-Véronique Auzet, enseignante à la retraite et habitante du quartier qui a accepté, malgré les risques, de témoigner dans l’émission « Dialogue citoyen ».

Le

Back to school : recreation time at the college
5min

Société

Transidentité : en commission, les sénateurs adoptent la proposition de loi LR visant à encadrer la transition de genre des mineurs

La commission des affaires sociales du Sénat examinait, ce mercredi, une proposition de loi de la droite sénatoriale visant à encadrer les pratiques médicales dans la prise en charge des mineurs souffrant de dysphorie de genre. A l’origine, le texte visait à interdire le recours aux bloqueurs de puberté et à la chirurgie avant 18 ans. Un amendement adopté en commission est revenu sur la première interdiction.

Le

Current affairs question session with the government – Politics
5min

Société

Violences intrafamiliales : les députés et les sénateurs se mettent d’accord sur une proposition de loi sur les ordonnances de protection provisoire

Le 21 mai, 7 députés et 7 sénateurs se sont réunis en commission mixte paritaire pour examiner une proposition de loi, déposée par la députée Renaissance Emilie Chandler le 5 décembre dernier, renforçant l’ordonnance de protection provisoire et créant une ordonnance provisoire de protection immédiate. Une commission mixte paritaire conclusive qui a adopté le texte à l’unanimité : « Tout le monde est d’accord pour aller plus loin dans la protection, personne ne peut se satisfaire des femmes tuées en France », affirme Dominique Vérien, rapporteure du texte au Sénat.

Le