«La capacité d’écoute de la majorité actuelle n’existe pas», accuse Jean-Christophe Lagarde

«La capacité d’écoute de la majorité actuelle n’existe pas», accuse Jean-Christophe Lagarde

Le député (Les Constructifs), et président de l’UDI, accuse dans « Parlement Hebdo » la majorité LREM de se « braquer » lorsque d’autres groupes expriment un avis. Il pointe des « erreurs » dans le budget 2018 et des « bêtises » sur la réforme du Logement.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

L’impatience monte chez Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI, et membre du groupe Les Constructifs, à l’Assemblée nationale. Alors que les députés ont commencé à examiner le projet de loi de finances 2018, l’élu de Seine-Saint-Denis a le sentiment de ne pas être entendu, malgré son attitude bienveillante à l’égard du gouvernement.

« La capacité d’écoute, de construction de majorités d’idées de la part de la majorité actuelle n’existe pas. Ou n’existe quasiment que marginalement », dénonce-t-il sur les chaînes parlementaires.

Premier point de divergence sur lequel il souhaite que la majorité « corrige le tir » : l’impôt sur la fortune immobilière, qui remplacera l’impôt sur la fortune. « Je pense qu’on est en train d’adopter un impôt qui est inéquitable et inefficace », déclare-t-il, en prenant la défense des « petits riches », comme les médecins ou les artisans, face « aux grandes fortunes » qui ne payent pas l'ISF, selon lui.

« La majorité semble penser que c’est une agression »

Autres points de blocage : la hausse de la CSG mais aussi la politique du Logement. « Le gouvernement est en train de préparer beaucoup de bêtises et de dire de gros mensonges sur la réforme du Logement », affirme Jean-Christophe Lagarde. « La majorité semble penser que dès que quelque chose leur est dit qui n’est pas conforme à ce qu’elle souhaite, c’est une agression […] Le nouveau monde ressemble furieusement à l’ancien. »

« Quand c’est juste, c’est juste, nom d’un chien ! Ce n’est pas la peine de se braquer »

Lagarde aux députés LREM : « C’est juste, nom d’un chien ! C’est pas la peine de se braquer ! »
00:36

Et selon le député UDI, cette surdité ne date pas de l’examen du budget. « Sur le prochain projet de loi [sur la sécurité], est-ce que M. Collomb sera capable d’écouter ? Dans le projet de loi qui vient de passer sur le terrorisme, il ne l’a pas été. »

Plaidant pour un autre débat politique, Jean-Christophe Lagarde en vient à saluer certaines propositions des autres familles politiques :

« J’ai entendu parfois – rarement – des gens de France Insoumise, ou des Républicains, voire des gens du Parti socialiste, dire des choses qui étaient justes. Et quand c’est juste, c’est jute, nom d’un chien ! Ce n’est pas la peine de se braquer parce que ça ne vient pas de vos rangs ! »

Dans la même thématique

Headquarters of the office of Eric Ciotti, President of  ‘Les ReÃ’publicains’ in Nice.
9min

Politique

Pourquoi les LR vont exclure Eric Ciotti de la présidence du parti… une troisième fois ?

Alors que la justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti de la présidence des LR, les responsables du parti, opposés à l’alliance avec le RN, ont organisé la convocation d’un troisième bureau politique pour « effacer les vices de forme » et éviter toute contestation. Le rattachement financier des candidats aux législatives, autre enjeu, réserve aussi quelques surprises, renforçant la confusion chez les LR.

Le