La colère gronde chez les maires de banlieue face au “mépris de l’Etat”

La colère gronde chez les maires de banlieue face au “mépris de l’Etat”

Un maire qui démissionne pour dénoncer le "mépris de l'Etat", d'autres qui tirent la sonnette d'alarme sur la rénovation urbaine....
Public Sénat

Par Claire GALLEN et Tiphaine LE LIBOUX

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Un maire qui démissionne pour dénoncer le "mépris de l'Etat", d'autres qui tirent la sonnette d'alarme sur la rénovation urbaine... la colère grandit chez les élus de banlieue, à quelques semaines d'un rapport très attendu sur la politique de la Ville.

"Je suis usé par la fonction et par les blocages qui viennent d'en haut", a résumé auprès de l'AFP le maire de Sevran Stéphane Gatignon (Seine-Saint-Denis), qui a démissionné avec fracas mardi soir après dix-sept ans à son poste.

En cause, une vision de la banlieue de plus en plus "lointaine de la part des gouvernants", et le "mépris de l'Etat", a-t-il dénoncé avant de conclure: "Ca ne peut pas durer".

Très vite le mot-dièse #noussommestousGatignon est apparu sur twitter, repris mercredi par l'association de maires "Ville et Banlieue" qui a dénoncé "le burn-out" des élus.

Les banlieues françaises, où vit une population défavorisée souvent confrontée à un fort taux de chômage nettement supérieur à la moyenne nationale, ont fait l'objet de plusieurs plans de rénovation urbaine sans pour autant faire disparaître les difficultés.

"Nombre d'entre nous, qui portons à bout de bras les réponses aux besoins d'égalité, de liberté et de fraternité pour les presque six millions d'habitants de nos 900 communes (...), sommes éreintés", affirme le communiqué, qui déplore lui aussi le "mépris hautain" du gouvernement.

Même ressentiment chez le socialiste Michel Fourcade, maire depuis dix ans de Pierrefitte. L'édile de cette ville de Seine-Saint-Denis où 60% des habitants ne paient pas d'impôts a lui aussi l'impression que la situation "se dégrade", avec des "populations qui s'appauvrissent et des dotations en baisse".

"On se sent délaissés", dit-il, partageant avec Stéphane Gatignon le sentiment que "l'Etat préfère s'occuper des plus riches que des plus pauvres".

"Il y a de l'écoute", de la part du gouvernement, admet Sylvine Thomassin (PS), secrétaire générale de l'association des maires d'Île-de-France. "Mais se sont des techniciens, pas des gens de terrain. Ils ouvrent des yeux ronds quand on leur dit qu'on en peut plus des normes".

"Je ne pensais pas que ce serait aussi dur" d'être maire, ajoute l'élue, à la tête de Bondy (Seine-Saint-Denis) depuis six ans. "Le chômage des jeunes, on se le prend en pleine figure tous les jours", raconte-t-elle. "90% des rendez-vous que j'ai en tant que maire sont pour du logement".

Résultat: "on est pris en étau entre un gouvernement qui ne perçoit pas la désespérance de nos concitoyens" et les "attentes des habitants".

- "Dernière chance" -

Plusieurs élus de Seine-Saint-Denis ont de leur côté écrit à Emmanuel Macron pour l'alerter sur le "danger" que court la rénovation urbaine en Seine-Saint-Denis face à la dégradation des financements publics.

La majorité des bailleurs "ont déjà pris des mesures d'économie" sur l'entretien des immeubles et "revoient à la baisse" leur programme de travaux, déplore cette lettre signée notamment par le président du département Stéphane Troussel, le président de Plaine Commune Patrick Braouezec et le maire d'Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza.

Cette grogne survient à quelques semaines de la remise d'un très attendu "rapport Borloo" pour les quartiers, qualifié par M. Gatignon de "plan de la dernière chance". Refusant d'être oubliés au profit de la ruralité, les maires de banlieue comptent bien ne pas relacher la pression d'ici là.

Leur colère s'est cristallisée sur le désintérêt affiché, selon eux, par le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard lors d'une réunion où ils devaient présenter leurs conclusions sur la Politique de la Ville.

Le ministre de l'Intérieur a estimé mercredi que "le véritable enjeu pour notre pays ce sont ces quartiers". "On a beaucoup focalisé (...) sur le rural et l'urbain" mais "le vrai problème c'est les quartiers où un certain nombre de jeunes désespèrent", a ajouté Gérard Collomb sur France Inter.

Les maires de Ville et Banlieue avertissent: "les toutes prochaines semaines seront cruciales. Les choix que fera M. Macron pour les sites populaires fragiles constituent l'ultime voie pour que se rétablisse — ou pas — la confiance entre plus d'un dixième du peuple de France et la nation républicaine".

Dans la même thématique

La colère gronde chez les maires de banlieue face au “mépris de l’Etat”
7min

Politique

Panthéonisation du résistant communiste Missak Manouchian : « Vous entrez ici en soldat avec vos camarades », salue Emmanuel Macron

« La France reconnaissante vous accueille », a déclaré le président de la République pour la panthéonisation de Missak Manouchian et de sa femme Mélinée, lors d’une cérémonie émouvante. A travers lui, ce sont ses 23 compagnons d’armes fusillés par les nazis, et tous les Francs-tireurs et partisans - main-d’œuvre immigrée, les FTP-MOI, à qui la France rend hommage. « La France de 2024 se devait d’honorer ceux qui furent 24 fois la France », a affirmé Emmanuel Macron.

Le

Des agriculteurs bloquent le peage de l’autoroute A43 a Saint-Quentin Fallavier en direction de Lyon et Grenoble – Farmers block the toll of the A43 motorway in Saint-Quentin Fallavier towards Lyon and Grenoble
4min

Politique

Sondage : 91% des Français soutiennent le mouvement des agriculteurs

Selon un sondage Odoxa – Backbone Consulting pour le Figaro, les personnes interrogées soutiennent très largement la mobilisation des agriculteurs. Pire encore, le soutien au mouvement n’a jamais été aussi haut avec 91% des Français (en hausse de 2 points) déclarant approuver le mouvement lancé il y a près de 3 mois.

Le

La colère gronde chez les maires de banlieue face au “mépris de l’Etat”
3min

Politique

Passe d’armes entre le Premier Ministre et le RN sur l’agriculture : « Le Rassemblement National dit tout et son contraire » tacle Gabriel Attal

Au cours de sa conférence de presse et quelques heures après avoir proposé un débat à Marine le Pen sur l’agriculture dans le journal Le Figaro, le Premier Ministre est revenu sur la passe d'armes qui l'oppose à la présidente du groupe RN à l’Assemblée. Critiquant les « changements de pied incessants » du RN, le Premier Ministre a taclé l'ex-finaliste à l’élection présidentielle, l'accusant de ne pas être « très à l'aise sur ces questions » et d'avoir « peur que cela se voit ».

Le