La commission d’enquête sur la situation de l’hôpital public est lancée au Sénat

La commission d’enquête sur la situation de l’hôpital public est lancée au Sénat

La Haute assemblée acte, mardi 23 novembre, la création d’une commission d’enquête sur « la santé et la situation de l’hôpital public » à la demande du groupe Les Républicains. Une initiative consécutive au rapport du Conseil scientifique alertant sur le grand nombre de fermetures de lits, faute de soignants.
Public Sénat

Par Héléna Berkaoui

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Environ un lit sur cinq est fermé dans les grands hôpitaux publics, faute de personnel. Les conclusions de l’enquête flash diligentée par le président du Conseil scientifique, François Delfraissy, ont beaucoup fait réagir. Des réactions qui se traduisent notamment par le lancement d’une commission d’enquête sur la situation de l’hôpital.

Au Sénat, la Conférence des présidents a en effet pris acte, mardi 23 novembre, de la demande de création d’une commission d’enquête sur « la santé et la situation de l’hôpital public » à la demande du groupe Les Républicains. Les 19 membres de cette commission seront désignés le 1er décembre.

Pour le président du groupe LR, Bruno Retailleau, cette commission d’enquête se justifie en raison de la gravité de la situation. « C’est une affaire de santé publique qui concerne l’ensemble de nos compatriotes. Il sera important de faire la clarté. Il ne s’agit pas de désigner les coupables mais de trouver des solutions », expliquait-il au micro de Public Sénat.

« Il y a une urgence. Le Ségur de la Santé, ce sera 12 milliards en 2022. Sans réforme, si vous ajoutez toujours plus d’argent public, ça ne marche pas […] Il faut que le président de la République qui fait le tour de France avec des chèques en bois, sache que ce n’est pas avec toujours plus d’argent public qu’on traite les problèmes. Il faut débureaucratiser l’hôpital », développait également le sénateur vendéen.

 

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le