La députée LREM Bourguignon appelle à “faire plus, et plus vite, pour ceux qui ont moins”

La députée LREM Bourguignon appelle à “faire plus, et plus vite, pour ceux qui ont moins”

"Nous avons le devoir de faire plus, et plus vite, pour ceux qui ont moins", estime la députée LREM du Pas-de-Calais Brigitte...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

"Nous avons le devoir de faire plus, et plus vite, pour ceux qui ont moins", estime la députée LREM du Pas-de-Calais Brigitte Bourguignon, jugeant notamment que la baisse des APL "était une erreur tant sur le fond que sur la forme".

La députée, ancienne du PS et figure de l'aile gauche du groupe LREM, considère dans le Journal du Dimanche que "s'il y a un élan économique, on ne peut pas admettre que les plus fragiles, en particulier les mères célibataires, les jeunes, les seniors et les territoires abandonnés, restent à l’écart".

"Gardons à l'esprit que les Français sont attachés autant à la liberté individuelle qu’à la justice sociale", insiste Mme Bourguignon. "Nous devons veiller à ce que notre action poursuive ces deux objectifs pour créer un nouvel équilibre".

"Je refuse de me résigner à l'idée qu'une partie de la société se voie sans perspective d’avenir", poursuit la députée.

Elle juge que "les quelques mesures phares sur le social n'ont pas été suffisamment expliquées et revendiquées", comme "le plan d'investissement dans les compétences de 15 milliards d’euros", ou le "dédoublement des classes".

Concernant les propos du président de la République sur les "gens […] qui pensent que le summum de la lutte, c'est les 50 euros d'APL", elle juge que la baisse des APL "était une erreur tant sur le fond que sur la forme", mais "le président souhaite inscrire sa vision dans notre récit national, avoir une hauteur de vue, et d’ailleurs nous y avons intérêt pour expliquer notre politique".

La députée considère également qu'on n'"écoute pas suffisamment" les syndicats. "Les réformes à venir, notamment celles de la formation professionnelle et de l’assurance chômage, ou encore celle des régimes de retraite, ne pourront pas se construire sans eux", dit-elle.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le