La fin de vie, un test de cohésion pour la majorité

La fin de vie, un test de cohésion pour la majorité

Sujet très clivant et relevant de l'intime, la création réclamée par certains d'un droit à l'euthanasie divise au sein du...
Public Sénat

Par Jérémy MAROT

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Sujet très clivant et relevant de l'intime, la création réclamée par certains d'un droit à l'euthanasie divise au sein du gouvernement et des députés La République en marche, sans cap clair fixé par le président Emmanuel Macron.

C'est un thème sur lequel le candidat Macron s'était montré évasif et des plus prudents, se contentant d'une brève réponse au quotidien La Croix. "Je suis favorable à ce que ce débat avance mais je ne me précipiterai pas pour légiférer", avait-il déclaré en mars 2017, se disant toutefois favorable à améliorer "encore l'accompagnement dans les derniers moments de la vie".

Un cadre a certes été posé avec les "Etats généraux de la bioéthique", lancés en janvier et qui comportent un volet sur la fin de vie. Parallèlement, la Haute autorité de santé (HAS) vient de rendre des recommandations et un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) évaluant la législation actuelle est attendu début avril.

Mais, dans ce brouillard idéologique et à peine deux ans après l'entrée en vigueur de la loi Claeys-Leonetti, fruit d'un consensus transpartisan, qui avait formalisé le droit à la "sédation profonde et continue", le débat s'est ravivé dans les rangs des marcheurs, devançant le calendrier prévu.

Fer de lance du combat pour l'euthanasie, le député (LREM) du Rhône Jean-Louis Touraine a déposé dès septembre 2017 une proposition de loi ouvrant la possibilité à une "assistance médicalisée active à mourir". L'ancien socialiste s'est aussi fendu d'une tribune remarquée dans Le Monde, cosignée par 156 députés dont une majorité de marcheurs.

"Dans le groupe LREM, plus de la moitié sont prêts à voter pour (aller plus loin). Un petit pourcentage est contre. Et encore un pourcentage notable de gens sont en cours de réflexion", affirme à l'AFP M. Touraine.

Ce professeur de médecine, à la tête à l'Assemblée d'un groupe d'études transpartisan réuni mercredi pour la première fois, diagnostique "que la loi (actuelle) ne correspond pas aux demandes de la société française".

"Les gens demandent une aide active à mourir, d'autres des accompagnements en soins palliatifs, mais il n'y a pas de gens qui veulent être endormis pendant des semaines", assure-t-il, rappelant que des pays voisins (Belgique, Luxembourg, Suisse) autorisent l'euthanasie.

- 'Dépassionner le sujet' -

A la tribune des 156 a répondu le 12 mars celle de 85 parlementaires, dont quelques LREM, s'opposant à la légalisation de l'euthanasie et demandant à s'en tenir à la législation actuelle. Une ligne conforme à celle de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, "convaincue que la loi Claeys-Leonetti répond aux besoins sans aller vers une loi différente".

"Mais c'est pas insensé de vouloir aller plus loin que la loi Claeys-Leonetti. Je pense qu'au gouvernement, on a tous des sensibilités différentes là-dessus", pointe un autre ministre, qui comme beaucoup des marcheurs les plus concernés, tire ses convictions d'une expérience personnelle forte.

Ravivant des débats connus sous le précédent quinquennat, un député, touché au plus près et en faveur du statu quo, évoque ainsi un "sujet intime", "hyper-clivant" et "très sensible", quand une autre qualifie ce sujet de "nitroglycérine", tout en dénonçant "des hypocrisies terribles sur la fin de vie".

"Il faut savoir dépassionner le sujet", plaide un cadre du groupe en demandant d'être "prudent dans l'approche". Consigne d'ailleurs passée en réunion de groupe.

Pendant ce temps, au sommet de l'Etat, la réflexion mûrit. Edouard Philippe, dont le père, gravement malade, avait choisi d'arrêter ses traitements, avait confié à l'été dernier au JDD ne pas "avoir arrêté une position définitive qui (lui) permette de résoudre (s)es interrogations".

M. Macron, lui, consulte, en attendant de trancher sur une loi -beaucoup plus générale, sur la bioéthique- attendue fin 2018, peut-être 2019. Mi-février, il a tenu un premier dîner sur ce thème.

"C'est un sujet qui l'intéresse. Mais je ne peux pas vous dire quel est le fond de sa pensée", indique M. Touraine.

Dans la même thématique

La fin de vie, un test de cohésion pour la majorité
7min

Politique

Panthéonisation du résistant communiste Missak Manouchian : « Vous entrez ici en soldat avec vos camarades », salue Emmanuel Macron

« La France reconnaissante vous accueille », a déclaré le président de la République pour la panthéonisation de Missak Manouchian et de sa femme Mélinée, lors d’une cérémonie émouvante. A travers lui, ce sont ses 23 compagnons d’armes fusillés par les nazis, et tous les Francs-tireurs et partisans - main-d’œuvre immigrée, les FTP-MOI, à qui la France rend hommage. « La France de 2024 se devait d’honorer ceux qui furent 24 fois la France », a affirmé Emmanuel Macron.

Le

Des agriculteurs bloquent le peage de l’autoroute A43 a Saint-Quentin Fallavier en direction de Lyon et Grenoble – Farmers block the toll of the A43 motorway in Saint-Quentin Fallavier towards Lyon and Grenoble
4min

Politique

Sondage : 91% des Français soutiennent le mouvement des agriculteurs

Selon un sondage Odoxa – Backbone Consulting pour le Figaro, les personnes interrogées soutiennent très largement la mobilisation des agriculteurs. Pire encore, le soutien au mouvement n’a jamais été aussi haut avec 91% des Français (en hausse de 2 points) déclarant approuver le mouvement lancé il y a près de 3 mois.

Le

La fin de vie, un test de cohésion pour la majorité
3min

Politique

Passe d’armes entre le Premier Ministre et le RN sur l’agriculture : « Le Rassemblement National dit tout et son contraire » tacle Gabriel Attal

Au cours de sa conférence de presse et quelques heures après avoir proposé un débat à Marine le Pen sur l’agriculture dans le journal Le Figaro, le Premier Ministre est revenu sur la passe d'armes qui l'oppose à la présidente du groupe RN à l’Assemblée. Critiquant les « changements de pied incessants » du RN, le Premier Ministre a taclé l'ex-finaliste à l’élection présidentielle, l'accusant de ne pas être « très à l'aise sur ces questions » et d'avoir « peur que cela se voit ».

Le