« La France est en panne » : retour sur le black-out de 1978

« La France est en panne » : retour sur le black-out de 1978

Il y a 44 ans, les trois quarts du pays subissent, par surprise, une panne de courant générale pendant plusieurs heures. Alors que des coupures de courant ciblées sont envisagées cet hiver, voilà un scénario catastrophe qu’essaie à tout prix d’éviter le gouvernement. Récit de la journée sombre du 19 décembre 1978.
Public Sénat

Par Clara Robert-Motta

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Il est 8h27 ce 19 décembre 1978 quand la quasi-totalité de la France plonge dans le noir. Plus de métros, plus de trains, ni de feux tricolores, d’ascenseurs ou d’escaliers mécaniques. Des personnes sont bloquées dans les ascenseurs, des immeubles entiers n’ont plus de chauffage électrique et les casernes de pompiers sont noyées sous les appels de Français catastrophés. Certains hôpitaux ne disposant pas de générateur de secours sont dans le noir complet et des opérations stoppées en plein milieu.

 

JA2 20h : émission du 19 décembre 1978
28:09

« La France est en panne », commente Patrick Poivre d’Arvor au JT de l’époque. Si les trois quarts du pays n’ont plus de jus, c’est la faute à une surcharge électrique dans un poste EDF près de Nancy apprendra-t-on durant la journée.

En effet, les températures froides ont induit une importante hausse de la demande en énergie ce jour-là. Les techniciens chargés du réseau importent alors de l’électricité depuis l’Allemagne, mais à la façon d’un disjoncteur dans un appartement, la surcharge d’un gros câble électrique - une ligne de 400 000 volts à Bezaumont, en Meurthe-et-Moselle - fait sauter le courant sur les autres réseaux de la région… puis, par effet domino, sur toute la France. Seules quelques régions dans le Sud-Est et les frontières nord et est échappent à cette panne généralisée.

Après la panne, l’énergie nucléaire décriée

Pourtant, un plan de sécurité avait été mis en place après la coupure généralisée qu’avait connue New York en 1965. Ce découpage en région pour éviter la propagation des incidents, n’avait pas fonctionné à temps.

Malgré un rétablissement du courant sur les coups de midi, la panique provoquée par ce black-out géant a secoué l’Hexagone. La question de la diversification des sources d’énergie est alors vivement débattue. L’énergie nucléaire est pointée du doigt pour sa rigidité face aux fluctuations de la demande, et la politique du « tout électrique » remise en question.

« La panne historique du 19 décembre reflète ainsi l’échec d’une politique, écrit dans le Nouvel Obs du 23 décembre 1978 le journaliste et philosophe, André Gorz, sous son nom de plume, Michel Bosquet. Loin de préparer la réconciliation des Français avec le programme électronucléaire, elle fournit de nouvelles armes à ceux qui le critiquent et demandent une révision complète de la politique énergétique, dans le sens de la diversification, de la lutte contre les gaspillages et du développement des autres sources nationales d’énergie. » Au contraire, André Giraud, ministre de l’Industrie du gouvernement Raymond Barre III, assurait même que « les centrales nucléaires ont pleinement assuré leurs fonctions ».

A l’époque, la contestation contre le nucléaire est forte, et les mouvements qui s’opposent à la construction de nouvelles centrales fleurissent un peu partout sur le territoire. Pourtant, les antinucléaires n’auront pas gain de cause, et la panne, vue comme un incident de parcours, ne signera pas la fin du nucléaire. Loin de là.

Dans la même thématique

Current affairs question session with the government – Politics
5min

Société

Violences intrafamiliales : les députés et les sénateurs se mettent d’accord sur une proposition de loi sur les ordonnances de protection provisoire

Le 21 mai, 7 députés et 7 sénateurs se sont réunis en commission mixte paritaire pour examiner une proposition de loi, déposée par la députée Renaissance Emilie Chandler le 5 décembre dernier, renforçant l’ordonnance de protection provisoire et créant une ordonnance provisoire de protection immédiate. Une commission mixte paritaire conclusive qui a adopté le texte à l’unanimité : « Tout le monde est d’accord pour aller plus loin dans la protection, personne ne peut se satisfaire des femmes tuées en France », affirme Dominique Vérien, rapporteure du texte au Sénat.

Le

Lea, au premier jour de sa Vie
5min

Société

Périnatalité : « Infantiliser les femmes ne mène à rien de bon » selon la journaliste Renée Greusard

Le 14 mai dernier, la mission d’information sur l’avenir de la périnatalité auditionnait quatre journalistes spécialistes des questions de grossesse et de parentalité. Une audition qui a permis d’évoquer la question de la santé mentale durant le post-partum, l’information qui est faite autour et l’insuffisance des moyens alloués aux maternités.

Le

Paris : International women s rights day
4min

Société

#Metoo : 150 personnalités réclament une « loi intégrale contre les violences sexuelles »

Ce mardi, Le Monde publie la tribune de près de 150 personnalités, notamment des actrices, appellent à la mise en place d’un ambitieux plan de lutte contre les violences sexuelles et sexistes. Un appel lancé alors qu’Emmanuel Macron a ouvert la voie à une évolution de la définition juridique du viol, pour y intégrer la notion de consentement. La présidente de la délégation sénatoriale aux droits des femmes réclame de son côté une meilleure formation de la police et de la justice.

Le