La hausse de la CSG « peut créer des injustices », avertit Gérard Larcher

La hausse de la CSG « peut créer des injustices », avertit Gérard Larcher

Le président du Sénat, invité de Territoires d’Infos, s’est dit « très attaché à l’équité entre les citoyens » sur la question de la hausse de la CSG. L’ancien ministre a également pointé « beaucoup de zones de flou » dans le projet de budget 2018.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« La CSG, c’est une marque présidentielle, il va falloir l’assumer, mais il faut en mesurer les conséquences. » Gérard Larcher, invité de Territoires d’Infos, analyse la hausse de ce prélèvement comme un marqueur de campagne d’Emmanuel Macron, et comme une décision extrêmement sensible. « Il y a cinq milliards de prélèvements en plus qui vont toucher tous les Français, et particulièrement, on l’a dit, les retraités », reproche le président du Sénat. 

Se disant « très attaché à l’équité entre les citoyens », Gérard Larcher considère que le gouvernement ne doit pas faire un geste seulement pour les salariés du secteur privé, qui seraient compensés avec la baisse de cotisations sociales. Il faudrait « compenser pour les fonctionnaires et pour les autres Français », insiste-t-il. Sans quoi, « cette approche peut créer des injustices ».

« Les baisses d’impôts, essentiellement des engagements de François Hollande »

L’examen du projet de budget 2018 n’a pas encore officiellement débuté au Sénat, mais déjà Gérard Larcher s’inquiète de voir « beaucoup de zones de flou », notamment sur les collectivités territoriales. Les « équilibres » du budget sont aussi matière à critique, pour le président du Sénat.

« Vous voyez bien que les baisses d’impôts, ce sont essentiellement les engagements que François Hollande avait pris en quelque sorte en viager, et que le gouvernement doit honorer », considère Gérard Larcher, qui pointe parallèlement des « hausses d’impôt plus importantes » :

« Je pense à la fiscalité écologique : plus un milliard par rapport au discours de politique générale. »

Considérant qu’un projet de budget doit fournir des « éléments pour la croissance », Gérard Larcher dénonce les ajustements sur l’ISF, en particulier sur la taxation des yachts. « Qu’on finisse de tuer nos chantiers navals. Il faut savoir ce que l’on veut aussi », déplore-t-il.

Dans la même thématique

Headquarters of the office of Eric Ciotti, President of  ‘Les ReÃ’publicains’ in Nice.
9min

Politique

Pourquoi les LR vont exclure Eric Ciotti de la présidence du parti… une troisième fois ?

Alors que la justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti de la présidence des LR, les responsables du parti, opposés à l’alliance avec le RN, ont organisé la convocation d’un troisième bureau politique pour « effacer les vices de forme » et éviter toute contestation. Le rattachement financier des candidats aux législatives, autre enjeu, réserve aussi quelques surprises, renforçant la confusion chez les LR.

Le