La loi Egalim ne « marche pas comme prévu », selon la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert

La loi Egalim ne « marche pas comme prévu », selon la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert

La présidente de la FNSEA estime que la loi Egalim « n’a pas tenu ses promesses », alors qu’Emmanuel Macron est en Côte-d’Or aujourd’hui sur l’agriculture. Interrogée sur la décision de la cantine sans viande à Lyon, elle dénonce « une décision arbitraire ».
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, était l’invitée de la matinale de Public Sénat ce mardi, au moment où le Salon de l’agriculture, annulé pour cause de covid-19, aurait dû se dérouler. « Une décision très difficile, un crève-cœur », assure-t-elle. Invitée à réagir à la polémique suite à la décision du maire EELV de Lyon, Grégory Doucet, de proposer des menus sans viande à la cantine dans les écoles primaires, comme l’avait cependant déjà fait Gérard Collomb en mars 2020, la responsable syndicale a dénoncé ce choix.

« Pas de Sapin, pas de Tour de France, c’est quoi le prochain truc ? »

« C’est une décision arbitraire, sans consultation. Pourquoi seulement la ville de Lyon a du mal à faire appliquer les gestes barrières ? Paris, Lille (n’ont pas pris cette décision). Il y a beaucoup d’idéologie derrière » selon Christiane Lambert. « Les recommandations du plan national alimentation santé, préconise l’alimentation de viande. Il y a même un décret qui encadre ce qu’il faut servir dans la cantine » souligne la présidente de la FNSEA. « Pas de Sapin, pas de Tour de France, c’est quoi le prochain truc ? » demande-t-elle, évoquant d’autres décisions des maires écologistes. « Je fais la différence entre le libre choix et ce qui est imposé de façon autoritaire » continue Christine Lambert, « on nous dit comment il faut manger, se déplacer… »

Christiane Lambert dénonce aussi le nouvel arrêté anti-pesticides pris par le maire EELV de Grenoble, Eric Piolle. « J’ai hâte que la guerre pour la primaire chez EELV se termine, que la course à l’échalotte se termine. Chacun y va de son couplet », selon la présidente de la FNSEA, qui pense que ce nouvel arrêté, « ne tiendra pas » juridiquement. Pour elle, « cet acharnement des écologistes est malsain. […] C’est vendre le grand soir tous les matins ». « Est-ce que vous pensez qu’on peut avoir une France sans pesticide ? La réponse est non », soutient Christiane Lambert, qui les compare aux « médicaments ». « Nous sommes au travail, avec - 15 % de produits phytosanitaire en moins, pour les plus toxiques, l’an dernier », souligne la présidente de la FNSEA.

Les grands distributeurs « margent copieusement. Ils doivent changer de logiciel »

Alors qu’Emmanuel Macron se déplace ce mardi en Côte-d’Or, pour un déplacement sur le thème de l’agriculture, Christiane Lambert regrette que la loi Egalim, censée assurer le prix juste aux agriculteurs, ne « marche pas comme prévu ». « Il y a des avancées dans certains secteurs, mais d’autres où ça ne marche pas. En viande bovine, ça ne marche pas. On a une baisse des prix » souligne-t-elle. « Les entreprises de la grande distribution se font les grands défenseurs du pouvoir d’achat » mais « leurs marges sont super confortables. Ils se moquent totalement (du monde). Il y a un discours de façade ». « Carrefour a mis beaucoup de ses salariés en chômage partiel pour toucher l’aide d’Etat et trois mois après, ils sont prêts à les offrir à Couche-tard » ajoute-t-elle, pointant aussi « Leclerc » et « Intermarché ».

Au final, la loi Egalim « n’a pas tenu ses promesses », les grands distributeurs « ont margé copieusement. Ils doivent changer de logiciel ». Or « plus c’est vert, plus c’est cher. Il faut que nos revenus soient impactés directement. […] J’ai dit à Emmanuel Macron que ça ne marchera que si on met des gendarmes pour sanctionner ceux qui grillent les feux rouges. Je pense qu’il va le faire » affirme Christiane Lambert, qui « lance un appel solennel, fervent, aux consommateurs : nous avons besoin qu’ils soutiennent les producteurs français », en acceptant des prix légèrement plus élevés. « Un centime de plus par œuf », pour avoir un prix juste, « ça fait 2,40 euros par an pour les consommateurs ».

Dans la même thématique

Current affairs question session with the government – Politics
5min

Société

Violences intrafamiliales : les députés et les sénateurs se mettent d’accord sur une proposition de loi sur les ordonnances de protection provisoire

Le 21 mai, 7 députés et 7 sénateurs se sont réunis en commission mixte paritaire pour examiner une proposition de loi, déposée par la députée Renaissance Emilie Chandler le 5 décembre dernier, renforçant l’ordonnance de protection provisoire et créant une ordonnance provisoire de protection immédiate. Une commission mixte paritaire conclusive qui a adopté le texte à l’unanimité : « Tout le monde est d’accord pour aller plus loin dans la protection, personne ne peut se satisfaire des femmes tuées en France », affirme Dominique Vérien, rapporteure du texte au Sénat.

Le

Lea, au premier jour de sa Vie
5min

Société

Périnatalité : « Infantiliser les femmes ne mène à rien de bon » selon la journaliste Renée Greusard

Le 14 mai dernier, la mission d’information sur l’avenir de la périnatalité auditionnait quatre journalistes spécialistes des questions de grossesse et de parentalité. Une audition qui a permis d’évoquer la question de la santé mentale durant le post-partum, l’information qui est faite autour et l’insuffisance des moyens alloués aux maternités.

Le

Paris : International women s rights day
4min

Société

#Metoo : 150 personnalités réclament une « loi intégrale contre les violences sexuelles »

Ce mardi, Le Monde publie la tribune de près de 150 personnalités, notamment des actrices, appellent à la mise en place d’un ambitieux plan de lutte contre les violences sexuelles et sexistes. Un appel lancé alors qu’Emmanuel Macron a ouvert la voie à une évolution de la définition juridique du viol, pour y intégrer la notion de consentement. La présidente de la délégation sénatoriale aux droits des femmes réclame de son côté une meilleure formation de la police et de la justice.

Le