« La violence, la raideur idéologique d’Éric Zemmour ont fait de Marine Le Pen une femme qui aime les chats »

« La violence, la raideur idéologique d’Éric Zemmour ont fait de Marine Le Pen une femme qui aime les chats »

Un temps menacée par la candidature d’Eric Zemmour, Marine Le Pen semble s’installer durablement comme la principale concurrente d’un Emmanuel Macron toujours favori des sondages. Alors comment la présidente du Rassemblement National est-elle arrivée à imposer l’image d’une femme moins clivante ? Cette semaine dans « Et Maintenant 2022 ! », Steve Jourdin et ses invités Sophie de Ravinel, Emmanuel Voguet, Nicolas Baverez et Georges-Marc Benamou décryptent la campagne.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

« Les Français ont besoin d’être habitués à des personnages » souligne le réalisateur Georges-Marc Benamou. Marine Le Pen, dont c’est la troisième campagne présidentielle se serait donc inscrite dans l’environnement familier de certains électeurs, comme on s’était habitué avant elle, rappelle-t-il, à Chirac ou Mitterrand en leurs temps.

« Cet effet Zemmour a été assez bénéfique pour elle, analyse-t-il, cela l’a adouci, il l’a éclairé, humanisé », Georges-Marc Benamou

Mais pour Georges-Marc Benamou, il y a une autre clé pour comprendre la position de Marine Le Pen dans les sondages, à trois semaines du premier tour de l’élection présidentielle. C’est son principal challenger : Éric Zemmour.
« Cet effet Zemmour a été assez bénéfique pour elle, analyse-t-il, cela l’a adouci, il l’a éclairée, humanisée ». « La violence, la raideur idéologique d’Éric Zemmour ont fait de Marine Le Pen une femme qui aime les chats ».
Un atout dont a joué la présidente du Rassemblement National mais au-delà de la communication et de la stratégie électorale, il y a pour Georges-Marc Benamou « une sorte de vérité : on ne triche pas quand on est en permanence sous le feu des projecteurs ».

Un épisode qui rappelle pour celui qui a bien connu les anciens présidents : « En 1994, Jacques Chirac avait morflé, il avait été trahi » mais il avait trouvé une certaine force et les Français avaient eu pour lui « une certaine sympathie ». Reste à savoir jusqu’où cet élan portera la candidate du Rassemblement national, elle qui reste largement derrière le président Macron dans les estimations pour le second tour du scrutin le 24 avril prochain.


Retrouvez l’intégralité de l’émission « Et maintenant 2022 » ici.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le