La XVe législature de la Ve République officiellement ouverte à l’Assemblée

La XVe législature de la Ve République officiellement ouverte à l’Assemblée

Le doyen des députés, Bernard Brochand (LR), a donné mardi le coup d'envoi de la XVe législature de la Ve République, devant une...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le doyen des députés, Bernard Brochand (LR), a donné mardi le coup d'envoi de la XVe législature de la Ve République, devant une Assemblée profondément renouvelée, et avant l'élection de son nouveau président.

"Je déclare ouverte la XVe législature de l'Assemblée nationale", a lancé M. Brochand, 79 ans, avant de prononcer la constitution du bureau d'âge, composé des six plus jeunes députés, à commencer par le benjamin, Ludovic Pajot, 23 ans, élu FN du Pas-de-Calais.

Pour cette séance inaugurale, les députés sont assis dans l'hémicycle par ordre alphabétique.

Certains, tels Jean-Luc Mélenchon ou François Ruffin (LFI), ne portent pas de cravate contrairement à l'usage, tandis que Cédric Villani (REM) arbore sa lavallière. Quant au député de Polynésie Moetai Brotherson, il est en lavalava, costume traditionnel.

Après avoir rappelé que, depuis 228 ans, le Palais Bourbon est le siège de l'Assemblée et qu'en sont sorties des "lois fondamentales" comme le suffrage universel, l'abolition de l'esclavage ou celle de la peine de mort, M. Brochand a souhaité que "tous puissent contribuer avec succès" au "travail commun".

Dans sa brève allocution saluée par des applaudissements, l'élu des Alpes-Maritimes a accueilli "tous ceux, beaucoup plus nombreux que d'ordinaire, qui n'ont jamais siégé dans (l')hémicycle".

M. Brochand a ensuite lancé le vote à bulletin secret dans une urne à la tribune, pour lequel les députés sont appelés un par un. Il devrait être clos vers 16H30.

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le