Le bonheur au travail passera-t-il par le télétravail ?

Le bonheur au travail passera-t-il par le télétravail ?

Le télétravail est plébiscité par les travailleurs et le gouvernement afin d’améliorer l’organisation des entreprises et de mieux concilier vie personnelle et professionnelle. Ce mode alternatif d’organisation du travail ne serait pour autant pas une recette miracle de l’épanouissement professionnel.
Public Sénat

Par Alexandre Delrieu

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

S’épanouir au travail, une aspiration légitime. Pour de nombreux chercheurs, chefs d’entreprise et syndicats, le bonheur au travail nécessiterait de repenser l’encadrement au sein des entreprises pour accorder plus d’autonomie aux salariés. Pour y parvenir, le télétravail est l’une des pistes avancées. En ce sens, l’une des ordonnances Pénicaud signées par le président de la République en septembre dernier, visant à réformer le Code du travail, prévoit un assouplissement des règles de recours au télétravail. Jusque-là très encadré, le travail à distance ne nécessite plus aujourd’hui de modifier le contrat de travail.

Un gain de productivité ?

Pour le sociologue Jean-François Dortier, le recours au télétravail, dans les corps de métier qui le permettent, serait à la fois bénéfique pour les salariés et leur employeur. Alors que le travail à distance permet aux salariés d’économiser le temps et l’argent qu’ils perdent dans les transports, Jean-François Dortier avance que les entreprises profiteraient d’un regain de productivité de leurs collaborateurs. « Globalement toutes les enquêtes montrent que les gens travaillent, souvent même ils sont plus assidus encore au travail » indique-t-il.

Marie-José Kotlicki : "On ne peut pas être télétravailleur cinq jours sur cinq" #UMED
00:41

« On leur fait confiance a priori »

Le télétravail est également source de liberté, de souplesse et d’autonomie pour les salariés, estime Emmanuel Hervé, président du Groupe Hervé. Pour lui, ce nouveau mode de travail incite les entreprises à évoluer vers de nouvelles formes de management basées sur la confiance. « À partir du moment où vous donnez de l’autonomie et de la responsabilité aux salariés, qu’on leur fait confiance a priori, il n’y a aucun problème » indique-t-il. S’il reconnaît que le télétravail nécessite un contrôle a posteriori, il demande surtout aux équipes de s’autoréguler sans dépendre systémiquement de leur hiérarchie.

« Il n’y a pas de liberté sans droit et sans protection »

Une telle liberté ne saurait pour autant être réelle sans être encadrée par la loi, considère Marie-José Kotlicki, Secrétaire Générale de l’Ugict CGT. « Il n’y a pas de liberté sans droit et sans protection ». Pour la syndicaliste, si le télétravail doit être volontaire, le « temps de travail réel » doit être contrôlé afin de respecter les temps de repos.

Sur ce point, le « droit à la déconnexion » a fait son entrée dans le Code du Travail avec la réforme de 2016. Celui-ci prévoit une négociation annuelle obligatoire sur l'articulation vie personnelle et professionnelle des salariés afin de mettre en place dans l'entreprise des dispositifs de régulation de l'utilisation des outils numériques. 

Pour Thomas Coutrot, le télétravail ne doit pas être un "substitut à une réflexion sur la véritable transformation de l’organisation du travail" #UMED
00:43

« On ne peut pas être télétravailleur cinq jours sur cinq »

Marie-José Kotlicki met également en garde contre les risques d’une généralisation du télétravail qui pourrait altérer le lien social entre les individus. « On ne peut pas être télétravailleur cinq jours sur cinq. (…). On a besoin de retrouver des lieux où physiquement on récrée  du lien social. C’est là que se bâtissent aussi les synergies et la relation humaine ». En ce sens, Thomas Coutrot, économiste et statisticien au ministère du Travail, responsable de l’enquête nationale « Conditions de travail » réalisée par la DARES, indique que « les entreprises qui ont développé du télétravail sont aussi les entreprises où les managers nous disent qu’il y a beaucoup de tension entre les équipes ».  

Pour l’économiste, le travail à distance est un moyen mais pas une fin en soi. « Il faut faire attention à ce que le télétravail ne soit pas un substitut à une réflexion sur la véritable transformation de l’organisation du travail ».

Retrouvez notre débat « Être heureux au travail, une utopie ? » dans l'émission Un monde en Docs, présentée par Nora Hamadi, le samedi 28 avril à 23h30, le dimanche 29 avril à 9h50, le mardi 1er mai à 10h30 et le dimanche 6 mai à 18h50 sur Public Sénat.

Pour aller plus loin :

  • « Libérer le travail. Pourquoi la gauche s'en moque et pourquoi ça doit changer », de Thomas Coutrot, Ed. Seuil – 2018
  • « Travail, guide de survie », de Jean-François Dortier, Ed. Sciences Humaines – 2017
  • « Une nouvelle ère, sortir de la culture du chef », de Michel Hervé, Ed. François Bourin, 2015
  • « Liberté & cie » de Isaac Getz, ed. Fayard, 2012
  • « Ecolonomie. Entreprendre sans détruire », d’Emmanuel Druon, Ed. Actes Sud – 2016
  • « Démocratiser l’entreprise », Revue Esprit, numéro de mars 2018.

Dans la même thématique

Le bonheur au travail passera-t-il par le télétravail ?
3min

Société

« Avec le Smic, je ne vis pas, je survis » témoigne une jeune mère de famille

Ils sont près de 3 millions de salariés français à être rémunérés au Smic. Un chiffre beaucoup trop important pour le Premier ministre Gabriel Attal, qui, lors de sa déclaration de politique générale le 30 janvier dernier, a affirmé vouloir « désmicardiser la France ». Selon les régions et les charges, les difficultés des personnes au Smic peuvent être très différentes. Sur le plateau de l’émission Dialogue Citoyen, deux jeunes femmes ont accepté de témoigner de leurs situations.

Le

Le bonheur au travail passera-t-il par le télétravail ?
3min

Société

 « Femmes SDF, sans toit, ni droits » : un documentaire à voir sur Public Sénat

Elles se cachent pour échapper aux violences de la rue. On les voit peu, mais les femmes sont de plus en plus nombreuses à dormir dehors. C’est pour lancer un cri d’alerte sur leur situation que la sénatrice Agnès Evren s’est lancée dans une mission d’information sur les femmes sans-domicile. Public Sénat l’a suivie dans ses visites de terrain, à la rencontre de ces femmes, et de celles et ceux qui tentent de leur venir en aide.

Le

Paris : Ceremonie les Eclats
2min

Société

Violences sexuelles : le Sénat demande à Rachida Dati de mettre fin aux fonctions du président du CNC

Lors de son audition devant la délégation aux droits des femmes du Sénat, Judith Godrèche avait exprimé son incompréhension de voir maintenu Dominique Boutonnat à la tête du CNC, malgré sa mise en examen pour agression sexuelle. Le président de la commission de la Culture et la présidente de la délégation aux droits des femmes du Sénat viennent d’envoyer un courrier à Rachida Dati lui demandant de mettre fin aux fonctions du président du CNC.

Le

Versailles: Congress at the Chateau de Versailles castle
2min

Société

IVG dans la Constitution : les derniers détails de la séance du Congrès

Lundi 4 mars, le Parlement réuni en Congrès va inscrire la liberté d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse dans la Constitution. On vous en dit plus sur les étapes de cet évènement historique. Un évènement à suivre sur les antennes de Public Sénat et LCP de 14h30 à 19h30.

Le