« Le gouvernement est plutôt mou du genou depuis plusieurs semaines », estime Hervé Morin

« Le gouvernement est plutôt mou du genou depuis plusieurs semaines », estime Hervé Morin

Le président (Les Centristes) de la région Normandie, a reproché au gouvernement, dans l’Épreuve de vérité, de privilégier les « annonces » au « contenu ».
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le président des Régions de France, Hervé Morin, n’a pas caché son scepticisme à l’égard des chantiers sociaux lancés par le gouvernement cet hiver. Invité de l’Épreuve de vérité, sur Public Sénat en partenariat avec Les Échos, l’AFP et Radio Classique, le président de la région Normandie a déploré le manque d’ambition des réformes sociales sur les rails.

« Je trouve honnêtement que le gouvernement est plutôt mou du genou depuis plusieurs semaines […] On a parfois plus de l’annonce que du contenu », a reproché l’ancien ministre de la Défense de Nicolas Sarkozy.

« Ce dont ont besoin nos compatriotes, ce sont des transformations systémiques et structurelles », affirme-t-il. S’il a salué la réforme fiscale engagée par la loi de finances et la « politique de l’offre » conduite par le gouvernement, Hervé Morin a en revanche cherché à minimiser l’impact de la réforme en trois volets menée par la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

« J’ai le sentiment d’entendre Nicolas Sarkozy »

« On ne règle pas la question d’un certain nombre de demandeurs d’emploi », a-t-il critiqué. « Une partie de nos compatriotes jouent Pôle Emploi comme une agence d’intérim pour recharger les droits ».

Même doute à l’égard de la réforme de l’apprentissage, à laquelle s’opposent les conseils régionaux. « Je pense que ce sera absolument un échec total », a-t-il parié. Idem quant à la réforme de la formation professionnelle, annoncée comme un « big bang » par le gouvernement. « Je ne suis pas convaincu qu’on aille non plus vers une simplification et une meilleure organisation », a-t-il ajouté.

Interrogé sur la multiplication des réformes menées par l’exécutif sur plusieurs fronts, Hervé Morin a répondu qu'il avait « le sentiment de se retrouver en 2007 », lorsqu’il était ministre :

« J’ai le sentiment d’entendre Nicolas Sarkozy disant : je fais des réformes tous azimuts pour qu’on ne puisse pas s’appuyer sur une réforme qui devienne le symbole d’un mouvement social profond. »

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

« Le gouvernement est plutôt mou du genou depuis plusieurs semaines », estime Hervé Morin
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le