Le “perchoir” et tous les postes REM seront remis en jeu à mi-mandat dit Ferrand

Le “perchoir” et tous les postes REM seront remis en jeu à mi-mandat dit Ferrand

Le "perchoir" et tous les autres postes à responsabilité de la République en marche (REM) à l'Assemblée nationale seront remis en...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le "perchoir" et tous les autres postes à responsabilité de la République en marche (REM) à l'Assemblée nationale seront remis en jeu à mi-mandat, dans deux ans et demi, a annoncé mardi le président du groupe majoritaire, Richard Ferrand.

Les sortants ne pourront pas se représenter pour ces postes, a précisé le député du Finistère lors d'une conférence de presse, quelques heures après une réunion de groupe au cours de laquelle François de Rugy a été choisi comme candidat pour la présidence de l'Assemblée.

"Cette disposition figure dans notre règlement intérieur et s'appliquera à tout le monde. Vous aurez donc quelqu'un d'autre devant vous à Noël 2019", a ajouté M. Ferrand, qui était entouré des vice-présidents et des quatre porte-parole du groupe.

Le groupe a par ailleurs choisi ses candidats pour les présidences des six commissions permanentes qui devraient lui revenir. Ses candidats seront élus par les commissions concernées jeudi.

Le groupe REM a par ailleurs déjà désigné mardi midi le député des Français d'Amérique du Nord Roland Lescure, ex-vice-président de la Caisse de dépôt et placement du Québec, pour être son candidat à la présidence de la commission des Affaires économiques et le député du Val-de-Marne Jean-Jacques Bridey à celle de la Défense.

Pour la prestigieuse commission des Lois, le groupe a choisi l'avocate Yaël Braun-Pivet, députée des Yvelines. L'ancienne écologiste secrétaire d'Etat à la Biodiversité Barbara Pompili, députée de la Somme, devrait présider la commission du Développement durable.

Le député du Bas-Rhin Bruno Studer, professeur d'histoire-géographie, sera candidat à la présidence de la commission de l'Education et des Affaires culturelles tandis que la commission des Affaires sociales reviendra à la députée ex-PS du Pas-de-Calais Brigitte Bourguignon, spécialiste du travail social, qui avait échoué dans la matinée à devenir la candidate du groupe pour la présidence de l'Assemblée.

La présidence de la commission des Affaires étrangères sera pour le MoDem, a priori pour l'ancienne ministre Marielle de Sarnez.

La présidence de la commission des Finances, laissée à l'opposition, reviendra à LR. Eric Woerth et le sortant Gilles Carrez sont sur les rangs.

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le