Le secret qu’entretenait Mitterrand n’était autre que « la condition de sa liberté, individuelle ou politique »

Le secret qu’entretenait Mitterrand n’était autre que « la condition de sa liberté, individuelle ou politique »

Premier président socialiste, à la tête de l’État durant deux septennats, François Mitterrand a durablement marqué la façon de faire de la politique en France. Pourtant, une part de mystère entoure l’ancien Président. Comment l’expliquer ? Était-il volontairement secret ou simplement pudique ? Jérôme Chapuis et ses invités ouvrent le débat, pour Un Monde en Docs, sur Public Sénat.
Public Sénat

Par Hugo Ruaud

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Il y a tout juste 40 ans, en mai 1981, François Mitterrand était élu président de la République. Ministre sous la IVe République, candidat malheureux en 1965 et 1974, le natif de Jarnac est depuis longtemps un homme politique connu des Français lorsqu’il s’installe à l’Élysée. Pourtant, malgré sa notoriété en tant qu’homme public, une part de mystère a toujours entouré sa personnalité. Pour le journaliste Pierre Favier, qui l'a suivi pendant près de trente ans : « François Mitterrand était un homme très secret, qui ne se confiait que très peu, jusqu’à ses amis les plus proches. Il a côtoyé André Rousselet, l’ancien préfet, pendant 40 ans, et lorsqu’on l’a interrogé à la fin de sa vie en lui demandant quelle part il connaissait de François Mitterrand, il confiait l’avoir fréquenté, vu tous les jours pendant une trentaine d’années, mais ne connaître que dix pourcents de la personnalité de l’ancien Président ». Mais comment un homme si longtemps au centre de l’attention a-t-il pu à ce point rester inconnu de ceux qui l’ont côtoyé ?

Le secret, « condition de sa liberté »

Pour Michèle Cotta, la réponse à cette question réside dans la volonté même de l’ancien Président qui cultivait volontairement cette part de flou : « Mitterrand a toujours voulu brouiller les pistes sur lui-même. Ses amis ne se connaissaient pas, et lorsqu’ils se sont rencontrés en 1981, ils étaient tous très étonnés de se retrouver » témoigne la journaliste. Une distance bien entretenue, grâce à l’absence de toute forme de familiarité avec ses interlocuteurs, comme en témoigne Pierre Favier : « J’ai vu très peu de gens qui le fréquentaient, même des plus proches, le tutoyer, tous les autres le vouvoyaient et lui parlaient avec une certaine distance et un certain respect. Il n’avait jamais de relation familière ». Pour Dominique Bertinotti, ancienne archiviste de François Mitterrand, ce côté énigmatique, ambigu et mystérieux n’était autre que « la condition de sa liberté, individuelle ou politique. C’était inconcevable pour lui que tout le monde sache tout, immédiatement ». L’exercice du pouvoir tel qu’il le concevait nécessitait donc une forme de secret, afin que personne ne puisse l’influencer dans ses prises de décision.

Ils lui parlaient avec une certaine distance et un certain respect

Un secret parmi tous les autres est mieux connu aujourd’hui : son cancer. Là aussi, François Mitterrand a tout fait pour que son état de santé ne s'ébruite pas. Pendant 14 ans, la France a eu à la tête de son État un Président gravement malade. Mais « Il faut se remettre dans le contexte de la bataille frontale entre la gauche et la droite à l’époque » selon Pierre Favier. « On ne peut pas imaginer Mitterrand rendant publique sa maladie à l’automne 1981. Il était impossible politiquement d’annoncer sa maladie sans être contraint de partir ». Alors le mystère n’est-il pas, finalement, intrinsèquement lié au rôle de Président sous la Ve République ?

Retrouvez le replay de notre émission Un Monde en Docs, sur notre site internet.

Vous pouvez également retrouver ici le replay du documentaire, « François Mitterrand, à bout portant »

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le