Le Sénat vote la suppression de la réserve parlementaire

Le Sénat vote la suppression de la réserve parlementaire

Point chaud du projet de loi organique rétablissant la confiance dans l’action publique, la suppression de la réserve parlementaire a été adoptée par les sénateurs. Toutefois, la version du texte de la Haute assemblée transforme cette réserve en dotation transparente de soutien à l'investissement des communes. Après plusieurs jours de débats, les sénateurs ont adopté à une large majorité les deux textes sur la moralisation.
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Après avoir voté, mercredi soir, le projet de loi rétablissant la confiance dans l’action publique, les sénateurs examinaient ce jeudi le projet de loi organique du même nom. Le « gros morceau » du texte était bien sûr la réserve parlementaire que le gouvernement souhaite supprimer afin de réorienter l’enveloppe, environ 130 000 euros par an et par sénateur, vers la Dotation d'équipement des territoires ruraux (DETR). « Le problème c’est que ce sera aux préfets de décider (qui en seront les bénéficiaires) et plus aux élus de terrain que nous sommes » a réagi sur le plateau de Public Sénat, Évelyne Yonnet sénatrice PS de Seine-Saint-Denis. (voir la vidéo)

Évelyne Yonnet: réserve parlementaire: "Le problème c’est que ce sera aux préfets de décider"
00:42

Bien consciente de ne pas susciter l’enthousiasme de part et d’autre de l’hémicycle avec cette réforme, la ministre de la Justice, Nicole Belloubet a dû se justifier à plusieurs reprises. « Cela ne constitue en aucun cas, ni un acte de défiance (…) ni une marque d’antiparlementarisme (…) Nous sommes dans le respect des missions du Parlement confiées par la Constitution (…) La raison pour laquelle le gouvernement souhaite la suppression de la réserve parlementaire c’est parce que cette réserve brouille les lignes constitutionnelles » a-t-elle insisté face aux protestations.

En effet, dans la matinée, de nombreux sénateurs ont pris la parole pour défendre le principe de cette réserve, « totalement transparent » comme l’a rappelé le sénateur PS des Hauts-de-France,  Yves Daudigny. « Il faut dire à nos concitoyens que cette réserve, elle n’est pas versée en liquide. Elle ne passe pas par la poche des parlementaires qui en prélèveraient une partie avant de la redistribuer aux élus locaux. C’est ce qui est souvent pensé par un certain nombre de nos concitoyens ».

Yves Daudigny: "la réserve parlementaire est transparente"
00:32

Claude Bérit-Débat, vice-président socialiste du Sénat, a demandé « à mettre également fin à la réserve ministérielle ». « Comment ça fonctionne, on ne le sait pas ? » (…) Parce que vous avez des départements où il y a des aides qui tombent de la part d’un ministre dans la plus parfaite opacité »

Claude Berit-Débat veut mettre fin "à la réserve ministérielle"
00:28

Le sénateur (divers droite) Jean-Louis Masson a quant à lui reconnu qu’il y avait eu « des abus » dans l’attribution de cette réserve.

Jean-Louis Masson: "si la réserve parlementaire est contestée c'est parce qu'il y a eu des abus"
00:42

Après de longs échanges sur cet article 9, c’est la version du Sénat a été adopté. Elle remplace  la réserve parlementaire par une dotation transparente de soutien à l'investissement des communes. Le montant de l'aide de l'État ne pourra dépasser 20.000 euros par projet d'équipement et ne concernerait que les communes rurales. Les associations seraient exclues du dispositif.

« Si supprimer la réserve parlementaire, c'est réduire les financements des territoires, nous ne sommes pas d'accord », avait auparavant déclaré la présidente du groupe communiste Éliane Assassi.

Le président LR de commission des lois, rapporteur du texte Philippe Bas, avait prévenu : « si nous n’adoptons pas le texte de la commission des lois (…) le texte (…) sera transporté à l’Assemblée nationale, avec une neutralité parfaite du Sénat, et l’Assemblée nationale n’aura aucun guide pour rechercher un accord avec nous tous ». Le projet de loi organique a été adopté quelques minutes plus tard avec 300 voix pour et 2 contre.

Dans la même thématique

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le

Paris: weekly session of questions to the government at the Senate
3min

Politique

RIP sur l’immigration : pour Bruno Retailleau, le Conseil constitutionnel « outrepasse son rôle »

Les Républicains s’en prennent une nouvelle fois au Conseil constitutionnel après avoir vu leur proposition de référendum d’initiative partagée (RIP) sur l’immigration invalidée par les Sages. « Un nouveau tournant » pour le patron de la droite sénatoriale qui avait déjà eu des mots assez durs à l’égard de la plus haute juridiction lors de la large censure de la loi immigration.

Le

Paris: The political party LR Les Republicains organized an economic evening
4min

Politique

RIP sur l’immigration : le Conseil constitutionnel rejette la demande des LR

Les Républicains avaient recueilli le nombre de signatures de parlementaires nécessaires pour lancer un référendum d’initiative partagée sur l’immigration. Leur proposition de loi référendaire visant à conditionner certaines prestations sociales aux étrangers en situation régulière a été jugée non conforme à la Constitution par le Conseil Constitutionnel.

Le