Législatives : la ministre Annick Girardin en ballottage

Législatives : la ministre Annick Girardin en ballottage

La ministre des Outre-Mer Annick Girardin (PRG), qui avait été élue dès le premier tour en 2012, est en ballottage inconfortable...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

La ministre des Outre-Mer Annick Girardin (PRG), qui avait été élue dès le premier tour en 2012, est en ballottage inconfortable à l'issue du premier tour des législatives samedi à Saint-Pierre-et-Miquelon.

Mme Girardin affrontera au second tour Stéphane Lenormand (Archipel Demain), vice-président du conseil territorial. Avec 41,59% chacun, les deux candidats ont obtenu exactement le même nombre de voix (1.209) dans cet archipel de 6.000 habitants située dans l'Atlantique nord.

Le premier tour a été marqué par une forte participation de 59,45%, en hausse de douze points par rapport à la législative partielle de 2014 et de six points par rapport au scrutin de 2012.

Le candidat sans étiquette Denis Vigneau-Dugué arrive en troisième position avec 10,80% des suffrages et pourrait peser sur le second tour. Il a annoncé samedi soir qu'il appellerait lundi "à voter pour l’un des deux candidats sous condition".

Robert Langlois pour la France insoumise appelle lui à voter blanc au second tour après avoir réalisé 5,02%. Enfin, Roger Rode du Front National (1%) ne s’est pas exprimé.

Mme Girardin se retrouve dans une position délicate après avoir remporté les deux précédents scrutins dès le premier tour (législatives de 2012 avec 61,53% et législatives partielles de 2014 avec 59,91%). Son portefeuille à l'Outre-mer est en jeu car les ministres battus devront quitter le gouvernement selon la règle fixée par le président Emmanuel Macron.

Le second tour aura lieu samedi avec un jour d'avance sur la métropole.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Législatives : la ministre Annick Girardin en ballottage
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le