Législatives : un vote « étonnant » mais « assez bien dosé » selon Moscovici

Législatives : un vote « étonnant » mais « assez bien dosé » selon Moscovici

Pierre Moscovici, commissaire européen aux affaires économiques, était ce matin l’invité de Territoires d’Infos, sur Public Sénat et Sud Radio. Il se réjouit que la majorité de la République en marche ne soit pas si « pléthorique » qu’annoncée, mais avoue être « triste » pour les socialistes qui essuient une défaite sans précédent.
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Étonnant ». C’est ainsi que Pierre Moscovici qualifie le vote des Français au second tour des législatives. Le commissaire européen considère qu’il est « assez bien dosé » dans la mesure où « Emmanuel Macron a une majorité large, mais pas pléthorique comme certains le prédisaient ».  Il y a eu un « effet de correction » souligne-t-il avant de se féliciter que le pluralisme ait été respecté ».

Le PS a subi « un échec comme il n’en a jamais subi »

Moscovici : Le PS a subi « un échec comme il n’en a jamais subi »
00:19

Celui qui « est resté socialiste » ne peut toutefois pas cacher sa tristesse eu égard à la défaite du PS.  « Un échec comme (il) n’en a jamais subi », constate-t-il. Selon lui, le parti « se trouve en mauvaise posture et en mauvais état, mais continue à parler à des Français, à être représenté à l’Assemblée nationale ». Avec 30 sièges, les députés socialistes auront toujours un groupe au Palais Bourbon, mais dix fois moins important qu’en 2012, où ils en avaient 280.

« Si on continue à se diviser avec le narcissisme des petites différences, là le PS sera mort », prévient Pierre Moscovici. Pour lui, « il faut une réflexion sérieuse sur ce qui s’est passé, faire un inventaire ». « Si on en est là, c’est aussi qu’il y a eu des erreurs », reconnaît-il. Ministre de l’Économie au début du quinquennat Hollande, il estime que ce dernier « n’a pas été capable de mettre en mouvement la société » et « n’a pas eu un dispositif politique suffisamment stable, clair et fort ». Pour autant, il tient à remarquer que François Hollande « laisse la France en meilleur état à son successeur que ce fut le cas de son prédécesseur », mais regrette qu’il « n’ait pas donné un récit ni trouvé la manière dont son rôle de chef de l’État devait être communiqué ».

« Si on en est là, c’est aussi qu’il y a eu des erreurs », reconnaît Pierre Moscovici
01:59

Dans la même thématique

Législatives : un vote « étonnant » mais « assez bien dosé » selon Moscovici
7min

Politique

Panthéonisation du résistant communiste Missak Manouchian : « Vous entrez ici en soldat avec vos camarades », salue Emmanuel Macron

« La France reconnaissante vous accueille », a déclaré le président de la République pour la panthéonisation de Missak Manouchian et de sa femme Mélinée, lors d’une cérémonie émouvante. A travers lui, ce sont ses 23 compagnons d’armes fusillés par les nazis, et tous les Francs-tireurs et partisans - main-d’œuvre immigrée, les FTP-MOI, à qui la France rend hommage. « La France de 2024 se devait d’honorer ceux qui furent 24 fois la France », a affirmé Emmanuel Macron.

Le

Des agriculteurs bloquent le peage de l’autoroute A43 a Saint-Quentin Fallavier en direction de Lyon et Grenoble – Farmers block the toll of the A43 motorway in Saint-Quentin Fallavier towards Lyon and Grenoble
4min

Politique

Sondage : 91% des Français soutiennent le mouvement des agriculteurs

Selon un sondage Odoxa – Backbone Consulting pour le Figaro, les personnes interrogées soutiennent très largement la mobilisation des agriculteurs. Pire encore, le soutien au mouvement n’a jamais été aussi haut avec 91% des Français (en hausse de 2 points) déclarant approuver le mouvement lancé il y a près de 3 mois.

Le

Législatives : un vote « étonnant » mais « assez bien dosé » selon Moscovici
3min

Politique

Passe d’armes entre le Premier Ministre et le RN sur l’agriculture : « Le Rassemblement National dit tout et son contraire » tacle Gabriel Attal

Au cours de sa conférence de presse et quelques heures après avoir proposé un débat à Marine le Pen sur l’agriculture dans le journal Le Figaro, le Premier Ministre est revenu sur la passe d'armes qui l'oppose à la présidente du groupe RN à l’Assemblée. Critiquant les « changements de pied incessants » du RN, le Premier Ministre a taclé l'ex-finaliste à l’élection présidentielle, l'accusant de ne pas être « très à l'aise sur ces questions » et d'avoir « peur que cela se voit ».

Le