Législatives/Mélenchon: Mennucci ne donnera aucune consigne de vote

Législatives/Mélenchon: Mennucci ne donnera aucune consigne de vote

Le député socialiste sortant Patrick Mennucci a annoncé jeudi qu'il ne donnerait "aucune consigne de vote" pour le second tour de...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le député socialiste sortant Patrick Mennucci a annoncé jeudi qu'il ne donnerait "aucune consigne de vote" pour le second tour de l'élection législative dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, où Jean-Luc Mélenchon affronte dimanche une candidate REM.

Mardi, M. Mennucci avait appelé le chef de file de La France insoumise (LFI), qui l'a éliminé dans sa circonscription marseillaise, à soutenir les candidats socialistes "fidèles à leur parti" engagés au second tour, condition de son soutien local. Il demandait notamment que LFI soutienne, entre autres candidats, l'ex-ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem (6e circonscription du Rhône) ou Boris Vallaud (dans la 3e circonscription des Landes).

"Jean-Luc Mélenchon a décidé de refuser", explique dans un communiqué M. Mennucci, appelant ses électeurs à "se déterminer en (leur) âme et conscience".

Par ce choix, M. Mélenchon "démontre à nouveau que son objectif n'est pas de faire élire un maximum de députés de gauche à l'Assemblée nationale mais bien de faire battre un maximum de socialistes", a dénoncé le député sortant, moquant chez son adversaire "sectarisme", "égocentrisme" et "volonté hégémonique".

M. Mennucci a été éliminé au soir du premier tour, arrivant avec 12,4% des voix en troisième place derrière Jean-Luc Mélenchon (LFI, 34,3%) et Corinne Versini (REM, 22,7%).

Le leader de LFI tient un dernier meeting jeudi soir à Marseille face à une candidate REM en ballotage défavorable, qui a reçu l'appui de plusieurs membres du gouvernement ces dernières semaines, dont celui de la ministre des Sports Laura Flessel jeudi.

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le