Les bonnes opinions d’Emmanuel Macron à nouveau majoritaires

Les bonnes opinions d’Emmanuel Macron à nouveau majoritaires

La cote de popularité d'Emmanuel Macron a gagné six points en un mois, une deuxième hausse consécutive qui lui permet d'obtenir à...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

La cote de popularité d'Emmanuel Macron a gagné six points en un mois, une deuxième hausse consécutive qui lui permet d'obtenir à nouveau une majorité de 52% de bonnes opinions, selon un sondage BVA paru mercredi.

Le Premier ministre connaît également une hausse (+2 points), avec une cote de bonnes opinions qui s'établit désormais à 52%.

Le président de la République, outre qu'il fait le plein auprès des sympathisants LREM (93%, +5) connaît une nette hausse de popularité chez les sympathisants socialistes (62%, +5), auprès de qui il est désormais encore plus apprécié que chez les sympathisants Les Républicains (58%, -1).

Le chef de l'État convainc par ailleurs de plus en plus les sympathisants FN, qui sont 35% à avoir une bonne opinion de lui (+14 points), selon ce baromètre réalisé pour Orange et La Tribune.

"Emmanuel Macron consolide sa popularité auprès des personnes qui lui étaient déjà acquises : les personnes âgées de 65 ans et plus (59%, +2), les cadres (61%, +3), les catégories bénéficiant de hauts revenus (63%, +6)", note BVA. "Il parvient également à restaurer la confiance d'une partie des catégories qui avaient le plus décroché à la fin de l’été, notamment les jeunes (53%, +14 depuis novembre, +27 depuis octobre) et les catégories populaires (44%, +13 depuis novembre et +18 depuis octobre)", poursuit le sondeur.

Si le Premier ministre décroche dans l'électorat LR (57%, -10) et dans une moindre mesure PS (51%, -3), il récolte les bonnes opinions d'un tiers des sympathisants Front national (32%, +8) et connaît une nette hausse chez les sympathisants de gauche hors-PS (23%, +5).

"Édouard Philippe conserve la même structure d'image - il est surtout apprécié des personnes âgées et des catégories aisées - mais lui aussi gagne des points auprès des catégories populaires (46%, +8)", précise encore l'institut de sondage.

Parmi les personnalités dont les sondés souhaitent qu'elles aient davantage d'influence, Nicolas Hulot semble indétrônable en tête du classement malgré une légère baisse de 3 points (40%), alors qu'Alain Juppé est rétrogradé à la 3e place (33%, -2), désormais devancé par le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian (34%, +3).

Chez les seuls sympathisants socialistes, Christiane Taubira fait une spectaculaire remontée et prend la tête du classement (67%, +23), devant Bernard Cazeneuve (63%, +12).

Enquête réalisée auprès d'un échantillon de 1.199 personnes par téléphone puis interrogées par Internet du 18 au 19 décembre 2017, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.

Dans la même thématique

Les bonnes opinions d’Emmanuel Macron à nouveau majoritaires
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le