« Les femmes afghanes crient dans le désert », alerte la journaliste Solène Chalvon-Fioriti

« Les femmes afghanes crient dans le désert », alerte la journaliste Solène Chalvon-Fioriti

Cette semaine dans « Livres & vous » sur Public Sénat, découvrez deux regards sur la manière dont on parle des conflits modernes qu’ils se déroulent en Ukraine ou au Moyen-Orient. Le regard du géopolitologue Frédéric Encel auteur des « Voies de la puissance, penser la géopolitique au XXIe siècle » (Ed. Odile Jacob) et celui de la journaliste Solène Chalvon-Fioriti qui signe « La femme qui s’est éveillée – Une histoire afghane » (Ed. Flammarion), une histoire de femme, une enquête sur un réseau de pilules contraceptives et abortives en Afghanistan.
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

« A l’époque, je fais l’un de mes premiers papiers à la fac de Kaboul et me retrouve au milieu d’un avortement qui dérape dans les toilettes des filles ». En 2011, Solène Chalvon-Fioriti a vingt-quatre ans et découvre le métier de journaliste en Afghanistan, point de départ d’une enquête qui commence donc au hasard d’une une rencontre « fondatrice » pour la jeune journaliste. « Les filles à l’intérieur de ces toilettes qui chapotaient un grand réseau clandestin de distribution de pilules sont devenues mes amies, raconte-t-elle, » et m’ont ensuite conduite à la fois dans ce pays et sur cette problématique de la condition des femmes en Afghanistan », où l’avortement est interdit.

La pilule sous la Burqa

« La condition des femmes est terrible et on la connaît car on a été très documenté ces 20 dernières années, mais elle n’est pas que terrible […] Le fait de projeter cette image en permanence de la burqa qui invisibilisait beaucoup les Afghanes n’a pas beaucoup aidé à produire un discours fort qui paradoxalement aurait permis à ces femmes de prendre plus la parole et d’être plus écoutées », analyse Solène Chalvon-Fioriti.

Notamment lors des négociations de paix au Qatar en 2020 où, rappelle la journaliste, on a surtout vu des femmes victimisées. Pour elle, « les féministes ont crié dans le désert et en racontant cette histoire, cela m’a permis de raconter les Afghanes dans leur pluralité, des individus comme les hommes, avec des caractères différents, des environnements et des envies multiples ».

Un réseau de femmes pour les femmes

Alors comment fonctionne ce réseau de pilules ? Et comment ce sujet nous permet-il d’appréhender cette histoire de l’Afghanistan contemporain où les fondamentalistes talibans ont repris le pouvoir en août 2021 ?
Rencontrer des gens extraordinaires qui sont devenus des amis, c’est avoir envie de raconter leur histoire explique la journaliste Solène Chalvon-Fioriti. « Elles m’ont embarquée avec elles aux quatre coins du pays dans des universités provinciales où j’ai pu découvrir des idées de reportages ».

La question de la contraception est complexe en Afghanistan. « Sous le premier régime des talibans, il y avait des cliniques itinérantes pour pratiquer des avortements, il y a une forme de contraception distribuée à certains moments, dans certaines provinces, ils n’en savaient rien ou laissaient faire ». Mais ce qui pose problème dans les mouvements fondamentalistes c’est l’honneur, c’est le qu’en-dira-t-on, « c’est le fait qu’une femme puisse être associée de près ou de loin à la sexualité ».

Mais alors sommes-nous impuissants en Afghanistan, notamment comme les Américains l’ont été ? Comme le rappelle Frédéric Encel, les Américains ont « quand même empêché pendant vingt ans les talibans de revenir au pouvoir. Vingt ans c’est peu dans l’Histoire mais c’est quand même une génération », c’est cette génération que Solène Chalvon-Fioriti a rencontrée dans les couloirs des universités, des millions d’hommes et de femmes qui pendant deux décennies ont pu vivre de manière partiellement émancipée « en tout cas s’ils le souhaitaient ». Une génération qui pourra peut-être changer les choses dans le pays, mais qui vit désormais soumise au danger que le retour au pouvoir des fondamentalistes implique.

Retrouvez l’intégralité de l’émission « Livres & vous » ici.

« La femme qui s’est éveillée – Une histoire afghane » de Solène Chalvon-Fioriti - Ed. Flammarion
« Voies de la puissance, penser la géopolitique au XXIe siècle » de Frédéric Encel - Ed. Odile Jacob

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

« Les femmes afghanes crient dans le désert », alerte la journaliste Solène Chalvon-Fioriti
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le