Loi alimentation : polémiques et divisions au menu

Loi alimentation : polémiques et divisions au menu

Les invités de l’émission « On va plus loin » débattent du projet de loi agriculture et alimentation. Un texte qui est loin de faire l’unanimité au Sénat.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Hier a débuté au Sénat, l’examen du projet de loi agriculture et alimentation. Alors que Stéphane Travert, le ministre de l’agriculture et de l’alimentation a évoqué, en ouverture de la discussion générale, un « texte clé », les désaccords entre le gouvernement et les sénateurs sont nombreux.

Fabien Gay, sénateur (communiste) de Seine-Saint-Denis et membre de la commission des affaires économiques, estime que ce projet de loi n’est pas à la hauteur : « C’est la montagne qui accouche d’une souris (…) Les beaux discours de Rungis [discours d’Emmanuel Macron en octobre 2017 aux États généraux de l’alimentation - NDLR] sont déjà évanouis ». Il poursuit : « On a un défi. Il est multiple. D’abord, c’est le revenu paysan (…) Aujourd’hui, les hommes et les femmes qui travaillent la terre, qui nous nourrissent, n’arrivent pas à vivre dignement. Et souvent, ils vendent moins cher que ce que cela leur coûte à produire (…) Ceux qui se goinfrent, c’est la grande distribution. Ce projet de loi dit « On va s’occuper de ça, on va essayer de réguler un peu ». Mais en vérité, c’est comme si on mettait un troupeau de chevaux, dans un enclos de carton-pâte. Cela ne résoudra rien. »

 Le bio fait débat au Sénat puisqu’après avoir voulu supprimer le minimum de 20% de produits bio dans la restauration collective, la commission des affaires économiques du Sénat souhaite finalement rétablir cet objectif. Gilles Fumey, géographe et spécialiste de l’alimentation est catégorique : « L’argument qui consiste à dire : « Pour que les cantines puissent avoir du bio, on va être obligé d’acheter à l’extérieur » (…), nous en sommes largement responsables. On a freiné les conversions bio au début de ce quinquennat. »

Et il ajoute : « C’est assez malhonnête de dire que les Français ne pourraient pas produire du bio, alors que la production pourrait aller très vite. »

 Les sénateurs sont revenus sur la suppression de l’interdiction de remises et de rabais sur les pesticides et les insecticides. « Ce n’est pas une reculade » assure pourtant Daniel Gremillet, sénateur (LR) des Vosges et vice-président de la commission des affaires économiques. « Au contraire. On est dans un pays où l’on a la chance d’avoir des chercheurs. Il n’appartient pas aux sénateurs ou aux sénatrices de dire : « Ce produit est bon ou il n’est pas bon ». C’est aux scientifiques de nous éclairer (…) Ce n’est pas dans un texte de loi comme celui-ci qu’on décide que telle molécule est bonne ou n’est pas bonne. »

 

 À l’inverse, pour Joël Labbé, sénateur écologiste du Morbihan et membre de la commission des affaires économiques, ce projet de loi assure « complètement insuffisamment » la sécurité sanitaire des consommateurs : « Contrairement à ce que dit Daniel Gremillet, qui dit que ce n’est pas à nous de décider si des molécules sont bonnes ou mauvaises, il y a un moment c’est [de] notre responsabilité. [En] s’appuyant sur la recherche scientifique évidemment (…) On se doit de prendre les mesures qui conviennent. »

 Vous pouvez voir et revoir le débat d’OVPL, sur le projet de loi alimentation et agriculture, en intégralité :

 

Loi alimentation : polémiques et divisions au menu (débat OVPL en intégralité)
27:37

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Loi alimentation : polémiques et divisions au menu
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
6min

Politique

« C’est du n’importe quoi ! » : les sénateurs interloqués par l’incident FNSEA-Élysée

Après l’avoir envisagée, l’Élysée a fait marche arrière sur la venue de l’organisation des Soulèvements de la Terre au grand débat que le président animera au Salon de l’agriculture. Avant de finalement plaider une « erreur » lors d’une communication faite avec les journalistes. Au Sénat, c’est la consternation, la droite ciblant l’Élysée, et d’autres parlementaires, plus à gauche la FNSEA.

Le